dimanche 6 janvier 2008

Démons (7)



Le 31 décembre 2007, l’oeil aguiché par son sticker fluo, j’ai acquis à vil prix un gigot d’agneau dans les bacs “bidoche en promotion” du Super U; il était clairement référencé comme provenant de Nouvelle-Zélande et devant être consommé dans les meilleurs délais. En l’attrapant par le manche, j’ai brièvement été en contact avec les tonnes de fuel qu’il avait fallu pour l’apporter jusqu’à si près de chez moi, aux milliers d’intermédiaires qui l’avaient élevé, transporté, vendu, mis en rayon, et dont la survie dépendait de la pérennité de cette hérésie écologique : un animal qui a vécu de l’autre côté du monde pour finir mangé en promo - je ne rappelle plus du prix exact, mais c’était autour de 20 euros le kilo et demi - et déréguler l’agriculture locale pourvu que quelques sesterces changent de poche. Mais ma conscience écolo a un prix au kilo, et puis que voulez-vous, quand on ne boit ni ne fume, que les sirènes du sexe, du rock’n'roll et de la drogue se sont tues, ou qu’on s’est enfoncé le coton tellement profond dans les oreilles pour ne plus les entendre qu’on ne peut plus les retirer, il arrive de se laisser tenter par un gigot, selon le principe entendu lors d’une retraite bouddhiste l’an passé : que nous obtenions (ou pas) ce que nous désirions, nous nous mettons alors à désirer autre chose. Il faut nous mettre en route vers autre chose que ce fluctuant et perpétuellement changeant objet de nos désirs, et tâcher de découvrir notre condition… Quant au gigot, je pensais le faire cuire dans la foulée, mais comme on rentrait de chez Mamie qui nous bourre toujours la voiture de glacières pleines de volailles, je l’ai congelé et ne l’ai ressorti que ce matin de dimanche. Mais après décongélation, et une fois sorti de son sac sous vide, il a répandu une odeur franchement excrémentielle du côté qui avait le plus chauffé (il était trop gros pour tourner dans le micro-ondes alors j’avais enlevé le plateau rotatif pour ne pas forcer le mécanisme et casser quelque chose), et même rincé, il dégageait ce fumet peu engageant d’étron humain en putréfaction, rappel judicieux de l’impermanence de toute chair qui peut éventuellement disparaitre à la cuisson, mais qui peut aussi foutre en l’air le repas dominical et plus si affinités, à l’innocent cuistot qui en a été le témoin et qui n’a pas du tout envie de prendre le risque d’en faire manger à ses gosses. Un kilo sept de gigot d’agneau zélandais est donc parti à la poubelle, sépulture peu chrétienne pour un animal qui finit si loin de chez lui, mais si je le mets sur le compost c’est ce con de chien du voisin qui va s’empoisonner. Et puis j’ai failli nourrir plein d’émotions négatives envers -le Super U, -le capitalisme, -mon manque de discernement, -ma femme, qui avait remarqué l’odeur pendant que je prenais ma douche post-jogging et qui me gâchait le plaisir de mon achat Malin à plus d’un titre, et qui me dit qu’elle échappe à ce genre d’entourloupes en n’achetant jamais ce genre d’article, -le fric honnètement gagné que je fous ainsi à la poubelle, etc…

Bref, en 2008, je mange des légumes.

Le vrai-faux déclin de la viande
Article paru dans l’édition du Monde du 23.09.07
Enquête.
N’en déplaise à ses détracteurs, la production animale devrait doubler dans le monde d’ici à 2050. Cela impose la mise en oeuvre de pratiques d’élevage moins nocives pour l’environnement
Une bonne grosse côte de boeuf, régulièrement ? Ce plaisir sera peut-être interdit aux générations futures, tant la production et la consommation de viande font l’unanimité contre elles. Au point qu’un nombre croissant de personnes, dans les pays occidentaux, ont déjà décidé d’y renoncer.
La liste des méfaits de la viande est longue. Risques pour la santé, une surconsommation favorisant les maladies cardio-vasculaires, l’obésité ou le diabète. Mais surtout, au niveau mondial, risque de développement des épizooties et danger pour la sauvegarde de la planète. Les productions d’origine animale - viande, oeufs, produits laitiers - sont en effet extrêmement polluantes. Les milliards de tonnes de déjections qui en sont issus engendrent des rejets azotés dans les sols et les rivières. Et l’élevage, à lui seul, représente 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Soit une contribution au réchauffement climatique plus élevée que celle des transports.
Autre point noir de cette production : sa propre consommation. Les pâturages occupent 30 % des surfaces émergées, et plus de 40 % des céréales récoltées servent à nourrir non pas directement les hommes, mais le bétail. Les zones disponibles étant insuffisantes pour répondre à la demande, l’élevage peut provoquer le défrichage de forêts. Il est gourmand en matière première et en eau… En bref, la production animale pose question. D’autant plus que la Terre, d’ici à 2050, aura 9 milliards de bouches à nourrir.
Dans ce contexte, doit-on prévoir la fin de la viande pour ce siècle, ou du moins son déclin ? On serait tenté de le croire. Pourtant, cette vision est contredite par tous les prévisionnistes. Au contraire, c’est à une augmentation de la consommation mondiale qu’il faut s’attendre. De tout temps, et dans tous les pays, en effet, l’augmentation du revenu est allée de pair avec la progression de la consommation de viande. Il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement dans les pays émergents, d’où viendra l’accroissement de la population.
Entre 2007 et 2016, selon les perspectives communes FAO-OCDE, la production mondiale de viande devrait ainsi augmenter de 9,7 % pour le boeuf, de 18,5 % pour le porc et de 15,3 % pour le poulet. Principalement en Inde, en Chine et au Brésil. D’ici à 2050, la production de viande pourrait même doubler, passant de 229 millions de tonnes au début des années 2000 à 465 millions. Il en va de même pour celle de lait. Du fait de la démographie, bien sûr, mais aussi de l’augmentation des besoins en fonction de l’évolution de la population (plus jeune, plus urbaine, plus grande) et de la modification du régime alimentaire.
« Dans les pays du Sud, la difficulté est de permettre aux gens de manger. Ces trente dernières années, la consommation de viande y a diminué drastiquement, surtout en Afrique, et ce manque de protéines animales fait que les gens sont en état de malnutrition », rappelle Renaud Lancelot, chargé de mission santé animale au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Bruno Parmentier, directeur d’une école d’ingénieurs en agriculture, estime quant à lui que l’évolution de la consommation de produits d’origine animale dépend de trois grandes questions, qui montrent le lien étroit entre consommation de viande et pratiques culturelles. La religion hindoue, comme la religion catholique, va-t-elle décliner, et, dans ce cas, l’Inde va-t-elle consommer beaucoup de viande ? Les Chinois vont-ils se mettre à boire du lait si on leur propose un produit qu’ils parviennent à digérer ? Les Occidentaux vont-ils continuer à manger du porc, si ce dernier devient un réservoir pour les transplantations d’organes ?
Quoi qu’il en soit, une nouvelle répartition géographique de la consommation devrait se mettre en place, qui consistera en un double mouvement de balancier : diminution de la ration carnée dans les pays riches, où il y a excès, et augmentation dans les pays pauvres, où il y a carence. De quoi combler un peu la disparité actuelle : si l’on consomme dans le monde, selon une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet (datée du 13 septembre), 100 grammes de viande par jour et par personne, ce taux moyen atteint 200 à 250 grammes dans les pays développés, et plafonne entre 20 et 25 grammes dans les pays pauvres.
« Si l’on considère que la population globale va augmenter de 40 % d’ici à 2050 et si aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre liées au bétail n’intervient, la consommation de viande devra baisser à 90 grammes par jour et par personne pour stabiliser les émissions de ce secteur », affirment dans The Lancet les auteurs de l’étude. Il faudrait donc, d’ores et déjà, inciter les consommateurs des pays riches à prendre conscience des dégâts provoqués par leur consommation abusive. Et envisager au niveau mondial, non pas de produire moins, mais de produire autrement, afin de réduire les effets négatifs de l’élevage sur l’environnement.
Comment suivre les préceptes de la FAO, selon laquelle les coûts environnementaux par unité de production animale devraient « être réduits de moitié, ne serait-ce que pour éviter d’aggraver le niveau des dégâts » ? En incluant, comme le suggère son chargé des questions animales Grégoire Tallard, « le coût environnemental dans le prix des viandes », selon le principe du pollueur payeur ? En privilégiant la consommation de volailles, écologiquement moins agressive que d’autres productions ? La FAO préconise également l’amélioration des pratiques d’élevage. Une des pistes fort attendues concerne le séquençage des génomes complets des principales espèces (en cours pour la plupart), qui devrait permettre d’accélérer les sélections et de faire coïncider, par exemple, rusticité (donc résistance aux maladies) et productivité.
Les recherches se concentrent par ailleurs sur des rations alimentaires du bétail plus économes, ou encore sur le système digestif des ruminants. La fermentation entérique des bovins (productrice de méthane, lequel agit vingt-trois fois plus que le CO2 sur le réchauffement climatique) pourrait ainsi être mieux maîtrisée. Par exemple par l’utilisation d’additifs alimentaires à base d’huile végétale. Ou encore grâce à une ration plus concentrée en céréales. « Nous avons mené une expérimentation sur de jeunes taurillons et avons ainsi réussi à les faire grandir plus vite, ce qui permettait de réduire les émissions de méthane », explique Jacques Agabriel, zootechnicien à l’INRA de Clermont-Ferrand. Mais la production animale étant un système complexe, ce qui confère ici un avantage écologique entraîne là un inconvénient économique (une plus grande consommation de céréales). D’où la nécessité, pour faire émerger un système d’élevage durable, de s’orienter vers une approche globale. A l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), un groupe de réflexion sur la place des produits animaux dans l’alimentation, qui réunit sociologues, zootechniciens, économistes, nutritionnistes et agronomes, s’est déjà attelé à la tâche.
Alors qu’on parlait il y a dix ans de désintensification des systèmes de production, ce concept a été remplacé par un autre : celui d’agriculture écologiquement intensive. La question de la viande est un excellent exemple de cette quête.

Commentaires

  1. Dans ma quête de sobriété, il y a aussi une réduction importante de ma conso de viande, qui est aussi l’expression d’une résistance à l’industrialisation de l’agriculture. J’ai lu dernièrement l’Etoile de l’Aube, un roman magnifique sur les peuples Khantis, du Nord de la Sibérie. Quand je vois le cérémonial et le respect qu’ont ces hommes et ces femmes, dont la culture a été torpillée par le modernisme à tout crin et par l’alcool, pour demander l’autorisation à la nature de prélever un des siens pour se nourrir, et que je compare le spectacle de la barbaque étalée dans nos rayons de supermarché (animaux dont la mort, pour certains aura servi à remplir les poubelles), cela fait réfléchir.
    Vraiment chouettes tes chroniques, John.

  2. Et bien dis donc ! Vivement qu’ils inventent la vache carnivore qui atteint la taille adulte en une semaine et le steak nanotechnologique qui s’auto-développe à partir d’huile de vidange !

  3. Les Américains viennent d’autoriser la consommation de viande clonée. Ils n’ont pas dit s’ils vont réussir à clôner les pâturages. La vache omnivore qui recycle le CO2 sans produire de méthane et qui boit de l’eau de mer en la repissant désalinisée serait aussi une trouvaille utile. Si les scientifiques sont aussi forts que les auteurs de SF, on va s’amuser. Mais ça m’étonnerait.

  4. Ca t’étonnerait qu’on s’amuse ou ça t’étonnerait qu’ils soient plus forts que les auteurs de SF ? Parce que les auteurs de SF pompent tout bêtement dans ce que font les scientifiques… Et si tu jetais un coup d’oeil sur EurekAlert, Techno-Science.net ou des blogs qui suivent les dernières trouvailles, tu aurais des tas de nouvelles de SF ahurissantes toutes pondues. ;)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire