vendredi 27 mars 2020

#Je_suis_Corona_Charlie (1)

Cette blague n'est drôle que depuis la semaine dernière
et sera périmée début mai.
Normalement.
Ce matin j’ai vu passer deux petites perdrix dans la rue. Pas deux travailleuses du sexe mises brutalement au chômage par l’affreux jojo de virus qui se seraient mises à chasser le client dans ma rase campagne, non, des vraies perdrix, quoi, en poil de peau de perdrix naturelle à plumes ! 
Elles arpentaient le trottoir, tranquilles, le trafic routier s’étant évanoui dans l’azur soudain cristallin d'où Sainte Greta nous surveille, d’un oeil incrédule mais l'autre est secrètement réjoui, de la malice s'y devine, ce qui lui procure un doux strabisme qui ajoute à son charme. 
Dans la mer, les pêcheurs ont renoncé à jeter leurs filets, personne n’achète plus de poissons, ceux-ci en restent bouche bée, des heures durant debout dans le courant jusqu'à point d'heure. Les morues dodues et les petits maquereaux en oublient de faire leurs devoirs dans leurs beaux pyjamas à rayures, même que leur mère a bien du mal à les remettre au télétravail dans leurs boites de vin blanc. Seule la marée descendante, qui n'a pas osé se mettre en congé maladie pour ne pas faire de tort à sa soeur la montante restée bravement au bureau pour sauver l'honneur de l'horaire des marées dans l'almanach du marin breton, parvient à les calmer en les éloignant deux fois par jour des zones de pêche.

Celle-ci est bien bête, mais en plus elle est raciste.
Ca fait plaisir de voir que l'esprit gaulois survit
plus de 9 heures sur une surface plastique.
Des perdrix dans la rue, et la semaine dernière c'était une biche dans le petit bois derrière chez moi, à trente mètres de la fenêtre du salon. 
Je regrette sincèrement de ne pas avoir acheté de fusil par correspondance chez Manufrance tant qu'ils étaient encore ouverts. Partout, la nature reprend ses droits imprescriptibles, comme si le monde civilisé tout entier basculait (dans une transition écologique contrainte mais implacable) vers quelque chose qui commence à ressembler à la zone interdite de Tchernobyl, sans les cameramen de M6 planqués dans les branches. 
Et cette nuit les poules se sont mises à brailler comme si on les attaquait. J’étais en train de visionner les 4 Téraoctets de films téléchargés d’avance en prévision de la prochaine coupure d’Internet. C'est du boulot. Je suis vite descendu au poulailler, laissé en libre accès pendant la crise. Je m’attendais un peu à découvrir mes poules en train de se faire embrouiller la tête par des racailles de renards issus de la (bio)diversité : j’ai lu dans le Monde qu’ils s’étaient enhardis depuis la disparition des humains dans les zones périurbaines, mais aussi que dans les banlieues, le trafic de drogue avait pris un sacré coup depuis les mesures de confinement. Mais au lieu de voir déguerpir des prédateurs la queue basse, déconfits de n’avoir pu embobiner mes poules en leur vendant du shit coupé au henné, j'ai vu détaler ce connard de chat migrant à qui nous avons fermé la chatière depuis plusieurs mois, nous l'avons déjà reconduit plusieurs fois à la frontière tellement il est con et inintéressant, et pourtant nous sommes très chats, mais rien n'y fait, il revient toujours.
Donc, fausse alerte. Ce n'était que la faune domestique faisant honte à la sauvage.
Plus pour longtemps : je vais regarder tout de suite sur Internet si Manufrance n'a pas rouvert.

Qui c'est qui fera moins le malin
quand il apprendra le rattrapage géant
des cours de l'été prochain ?
Aux USA, Trump avait promis de démembrer l'Obamacare, mais en fait, il a que la gueule, et le système de santé n'est pas si déglingué que ça : munis de leurs ordonnances (prescrites par des médecins compétents et à leur écoute), des milliers d'Américains ont fait la queue devant les armureries dans l'ordre et le calme, pour s'y voir délivrer dans tout le pays des armes de poing  et des fusils d'assaut contre le méchant virus.
C'est un simple réflexe culturel, une crispation identitaire, face à l'Impensable, les pauvres, ils se raccrochent à du connu : Stephen King et les flingues. Pourtant, King a pris position pour un contrôle strict des armes à feu.
Les premiers béta-testeurs, en tout cas ceux d'entre eux qui n'ont pas été éliminés entretemps par une surdose de chloroquine, témoignent de leurs premiers succès contre la maladie :  "le seul truc un peu chiant, c'est de bien viser entre les deux yeux de la bestiole à travers le microscope."

Trump a aussi promis de mobiliser Iron Man et Captain America dans la crise sanitaire, il prétend qu'ils sont retenus par un petit contretemps en Afghanistan ou en Syrie, j'ai pas bien écouté, mais selon le porte-parole de la Maison-Blanche, ils devraient arriver sur site d'un jour à l'autre. J'ai trop hâte de voir mes héros en vrai.

Un peu d'optimisme : selon cette prophétie,
au moins un être humain a survécu en 2040.
On ignore si les magasins de PQ existent encore.
Bon, d'accord, celle-là, je viens de l'inventer, mais combien de blagounettes plus ou moins drôles avez-vous subies / échangées / lancées depuis une semaine ? c’est un fait, les calamités naturelles stimulent le mauvais esprit. Comme si c'était un vaccin, qu'on sait par ailleurs totalement inefficace, contre l’horreur annoncée en cours, mais on y va quand même. A force d’en lire, j’en sécrète moi-même par imitation, le cerveau creuse son sillon puis s'y vautre, avec autant de volupté qu'il le faisait naguère pour la rechute dépressive, mais il n'y a pas de dépressifs en temps de guerre, et pour les blagues comme pour le reste c’est toujours plus sympa de se fabriquer ce dont on a besoin, on se met ainsi à l'abri de la pénurie, surtout si les effondrologues remportent prochainement le jackpot.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire