mardi 17 décembre 2019

Rebords et soubassements (7)

"Désirer, c'est la vie. 
Faire une fixette sur l'objet du désir, c'est la mort. 
...ce que j'aime bien dans l'expression "L'objet du désir"
c'est qu'elle fait disparaître le sujet, comme par hasard."

John W. 04-03-2008 à 14:11


J'ai vendu les droits de ma unsuccess-story
à Danny Boyle, qui a décidé
de réduire mon temps d'incubation,
de 80 à 28 jours, pour d'obscures raisons de pitch.
En me remettant à chercher du boulot, fin septembre, j'ai bien noté que cette interdiction d'exercer à f*cktv Nantes s'étendait aux autres stations régionales de ce grand groupe hyper-secret de l'audiovisuel public; mais ça ne coûte rien d'essayer, et si j'ai trouvé ça un peu débile de ma part, ça ne m'a pas empêché de prévenir les antennes régionales d'Orléans et de Rennes que j'avais un planning très ouvert jusqu'à la fin de l'année. Rennes m'a dit non puisque j'avais attrapé la peste des 80 jours plus tard, Orléans m'a tout de suite proposé de venir  passer un week-end à la station, puis quelques jours en novembre et en décembre, voire carrément le réveillon si j'étais intéressé.
Il faut dire que la station régionale d'Orléans est à 10 km du centre-ville, que c'est une galère absolue pour la rejoindre en transports en commun, et qu'elle est douillettement blottie au cœur d'un écrin de verdure, à égale distance d'une banlieue résidentielle concentrationnaire, d'un échangeur autoroutier et de grands ensembles de petits HLM dans lesquels s'entassent une bonne partie de l'Afrique et un gros paquet de fiches S.
Les candidats à venir bosser dans le coin ne se bousculent pas. N'empêche, j'en reviens pas, d'être accepté là alors que je suis banni à Nantes. Faut croire que nul névropathe n'est prophète en son pays. D'ailleurs, j'y crois pas, et je finis par me dénoncer quelques jours avant l'échéance de ma venue comme porteur sain (pour l'instant) de la peste des 80 jours. Je ne voudrais pas risquer la déconvenue de l'annulation du contrat au dernier moment, vu que je suis en train de réserver l'hôtel. "Heueueu, dis donc, au fait, on n'en a pas parlé, mais je préfère te dire que j'ai atteint les 80 jours travaillés sur 2019, et à Nantes ils ne veulent pas me réembaucher avant 2020. J'ai bien sûr demandé à la RH d'être requalifié CDD historique, mais ça prend du temps, et j'ignore si ça sera fait d'ici ma prochaine pige à Orléans...
- Pas de souci, la RH sait que tu es en carence dès qu’elle fait le contrat, ce qui veut dire qu’à ce moment-là, je t’ai déjà planifié donc elle pourra faire une dérogation, surtout pour 2 jours chez nous.
Cool. Comme les choses se décoincent un peu niveau ouattzeuf*ckTV, je relance Rennes, en arguant du fait que je rebosse à Orléans, d'ailleurs la responsable du planning breton m'avait déjà appelé pour m'engueuler du fait que mon dossier de requalification en CDD historique n'avançait pas alors qu'elle avait besoin de moi, mais la balle n'est plus dans mon camp, j'envoie toutes les semaines un mail de relance à la RH, faudrait pas qu'elle se sente harcelée non plus.
Je comprends l'intérêt pour elle - et à travers elle, le bénéfice pour l'institution - de laisser pourrir la situation puisque quoi qu'il arrive, fin décembre je serai "blanchi" et à nouveau bon pour le service (jusqu'à ma prochaine accession au seuil des 80 jours...)
Mais ce n'est pas le sens de la question que je lui ai posée : comment peut-on passer 22 ans en CDD et ne pas être reconnu collaborateur régulier ? je ne pense pas être victime de mépris de sa part, c’est plus de l'indifférence : tant que la boutique tourne et que A. trouve des vacataire-remplaçants-de-vacataires-en-disgrâce au planning, à quoi bon s'impliquer ?
J'en discute avec un journaliste intégré depuis longtemps dans la boutique, qui me confirme que la gestion des collaborateurs est épouvantable à Nantes. Du coup il me redit, comme je l'entends dire depuis des années, qu'un jour, il va quitter la boite parce que quand c'est trop c'est tropico. Il me fait penser à moi quand je me dis qu'un jour je serai aimé d'une femme noire. 
Avec le temps, je ne vous cache pas que sans devenir nulle, la probabilité recule.
Le paragraphe que je viens d'écrire est assez ennuyant à lire. La vie qui va avec l'est aussi, heureusement qu'à côté de ça il y a des petits bonheurs, comme cette jeune femme (une jeune c'est quelqu'une qui a 10 ans de moins que moi, une vieille dix ans de plus) qui m'appelle pendant mon calvaire de montage dans le privé pour me dire que depuis que je l'ai accompagnée en réunion AA, elle vient de passer un an sans consommer d'alcool, reportage en léger différé ici, ça c'est chouette, et puis notre fille qui n'a même pas 20 ans et qui vient de décrocher le droit de poursuivre ses études de coréen pendant 6 mois à l'Université de Séoul, c'est chouette aussi.
En décembre, ça sent pire, les responsables de planning sont aux abois du fait de cette règle des 80 jours qui les contraint à aller recruter plus loin, on me propose du boulot de partout. Rennes m'accorde des dérogations, Orléans me rajoute des jours, je refuse Le Mans, Clermont Ferrand et finalement Poitiers, pas plus tard qu'hier, parce que mon emploi du temps est plein. La Corse ne me rappelle pas, c'est dommage. Eux non plus n'ont pas dû apprécier que je je me déplace sans chaussures dans les couloirs d'Ajaccio, sans parler du fait de faire sécher mon maillot de bain en salle de montage.
Et finalement, au bout de 2 mois, la RH de Nantes m'écrit pour me dire que ça va pas être possible de me requalifier CDD historique.
Après analyse de votre situation, votre nombre de jours de collaboration est inférieur aux critères validant la reconnaissance de CDD régulier. Sauf erreur de ma part, vous n’avez pas été dans le cas de figure d’une maladie longue durée sur la période 2013-2017. Si toutefois, cela était le cas, n’hésitez pas à me transmettre les justificatifs pour réétude de votre situation.
Je suis donc au regret de vous annoncer que je ne peux donner une suite favorable à votre demande.
En lui répondant, je fais bien attention à modérer mes propos, bien qu'elle puisse difficilement me nuire plus qu'elle ne le fait actuellement.
Je ne m'attendais à rien et je suis quand même déçu.
Il vous a fallu deux mois pour articuler "le règlement c'est le règlement" comme unique réponse ?
En ce moment je travaille beaucoup avec d'autres régions, qui connaissent de gros soucis de planning avec cette règle des 80 jours.
Je vous assure qu'ils ne s'embarrassent pas longtemps pour savoir si mes 22 ans de collaboration valident la reconnaissance de CDD régulier ou pas.
Je coûte évidemment deux fois plus cher à F* T* et donc au contribuable, à être défrayé à 350 km de chez moi plutôt qu’à travailler à Nantes, mais ça tout le monde s’en moque, et personne n’en est responsable, bien sûr.
Je commence même à refuser du travail pendant les fêtes...
Et je suis bien sûr ravi de faire des centaines de km en voiture, (Greta Thunberg en serait consternée), et de dormir à l’hôtel pour prouver ma mobilité et ma volonté d’intégration.
De fait, je passe décembre entre Rennes et Orléans et j’ai refusé du travail au Mans, à Clermont-Ferrand... et hier encore, à Poitiers. Ca fait un an que j'essaye d'entrer au planning de Poitiers, ils ne m'appellent que quand ils sont dans la merde pour le lendemain, mais ça fait aussi un an que j'ai pris un rendez vous chez un ORL spécialiste des acouphènes, ça tombe le même jour, le seul jour de la quinzaine où je suis chez moi, tanpis tanmieux.
J'ai une vie de représentant de commerce, sauf que le produit se confond avec le vendeur.
De l'extérieur, on pourrait carrément dire une vie de con, mais quand je suis en déplacement ça me maintient éveillé, d'une certaine manière. Sauf quand je suis à Orléans, où je me recentre sur les valeurs essentielles :
- le buffet chinois à volonté dans la zone industrielle qui jouxte le Leclerc derrière mon hôtel
- les 459 bouquins accumulés dans mon iPad et qui réclament lecture.
Vu l'activité délirante qu'il y avait dans la station d'Orléans le week-end dernier, c'était l'occasion de papoter avec d'autres CDD, dont une de Poitiers qui a été reconnue comme historique, et qui me dit "aah mais alors c'est toi que je remplace à Nantes la semaine prochaine" démontrant que le jeu des chaises musicales est sans fin dans la maison en l'absence de pilote dans l'avion.
C'est aussi l'occasion de penser à la vieille blague de Patrick Font, sur un vieux disque de Font et Val : " les martiens se sont posés sur le toit de la maison de la radio, ils sont formels : il n'y a aucune trace de vie".
Ce qui est faux, si j'en crois l'article plutôt solidement argumenté d'Usbek et Rika.
...en plus, l'écoute musicale de vieux machins c'est une façon de déserter, de n'être ni là ni maintenant, alors qu'avec vipassana on est là, c'est vrai que parfois c'est pénible mais "c'est" est plus déterminant que "pénible". Il faut que je m'y remette le plus vite possible.
Quand je pense que je me suis fait chier pour des conneries tout au long de ma vie, je n'ai pas l'intention de laisser perdurer cet état.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire