samedi 7 décembre 2019

Rebords et soubassements (3)

 Malheureusement, mes intentions et mon destin ne suivaient pas la même direction. 
Albert Sánchez Piñol, "Pandore au Congo"   

J'ai même pas eu d'accident du chômage en tronçonnant l'arbre
que j'avais fait tomber dans le petit bois derrière chez moi.
En octobre, planque ton zob, en novembre, touche ton membre, nous suggère le proverbe inventé de toutes pièces par un paysan du bas-Berry cyberdépendant sexuel.
Plus humblement sans doute, moi, en octobre j'ai cherché du boulot et coupé du bois, parce que l'hiver sera rude et que l'arbre avait failli tomber sur la cabane des poules, mais en novembre je n'ai pas beaucoup de retombées de ces recherches d'emploi, et encore moins sur  la demande de grâce présidentielle formulée auprès de la responsable Ressources Humaines locale pour pouvoir profiter à nouveau des faveurs du planning techniciens de ce grand groupe de télévision régionale public hyper-secret auquel je suis quand même très attaché puisque c'est mon seul employeur depuis 18 mois.
A la maison, les travaux d'hiver sont achevés, le mur d'enceinte resplendit de ravalement et si rien ne se décoince avant Noël, il me reste encore  à tirer deux mois d'exil au large du business, ça va devenir plus tendu de rester serein.
Je lis et relis inlassablement « charte d’éthique de ftv » (droits et devoirs des collaborateurs) ainsi que « code de conduite anti-corruption ftv » (un thriller, un vrai) sans oublier « règlement intérieur » (plus didactique, celui-là) que quelque soldat anonyme et farceur des Ressources Humaines a cru bon de m’envoyer à mon domicile, et qui sont une source d’émerveillement perpétuel, car j’adore la science-fiction. Rien que la plaquette « charte d’éthique de ftv », c’est déjà toute une affaire : originellement publiée en quadrichromie dans un somptueux format à l’italienne, elle m’est délivrée sous forme de photocopie grisâtre sur un A4 horizontal tronqué et pas du tout homothétique, ce qui la rend à la fois illisible et disgracieuse. On y distingue sans doute les bonnes pratiques de celles qui sentent le caca, risquant d'attirer l'opprobre et les journalistes de BFMTV, mais franchement, gravés en Garamond corps 8 sur du papier pelure, ça fait pas envie, à part d'aller chez l'oculiste pour une visite de contrôle.
Je note dans mon Journal d'un blacklisté que j'ai démarré à la plume dans un cahier d'écolier à grands carreaux : " j'ai cru que FT allait finir par me rappeler, mais c'était une forme dégradée d'érotomanie (= quand on est persuadé d'être aimé de quelqu'un alors qu'il n'en est rien) professionnelle.
Ai-je été un fichu branleur pour en arriver là, à ne rien voir venir avant d'atterrir dans le mur ?
... d'abord on ne dit plus branleur, on dit personne en situation de handicap au moment du passage à l'acte ", me fait remarquer un lecteur exigeant logé dans mon lobe temporal gauche.
Pendant ce temps nécessaire de remise en cause et de recueillement, quelqu'un fait passer mon nom à quelqu'un d'autre, et un réalisateur qui habite à deux pas de chez moi me contacte pour monter rapidement deux reportages pour Silence ça pousse, émission plantophile sur la 5, dans des conditions qui me rappellent le bon temps du privé, quand j'étais parigot tête de veau.
C'est là qu'on mesure les ravages du chômage sur mon esprit affaibli : en vrai je n'ai connu aucun bon temps  du privé quand j'habitais Paris, mais le stress, l'intensité, la pression mémorables, oui, bien sûr.
D'accord, je bossais pour M6, Canal +, Arte, la 5... mais qu'est-ce que j'y ai gagné, à part faire des piges de 72 heures pendant les grandes grèves de 1995 parce qu'il n'y avait plus moyen de transport pour rentrer de Boulogne et que je m'étais engagé à livrer tout l'habillage d'une soirée thématique sur Avid on-line dont c'était les balbutiements broadcast sur des vieux Quadra 950 bi-moteurs avec des processeurs boostés à 33 Mhz ?
au final, j'ai dû m'asseoir sur une brique d'heures supplémentaires, parce que le réal, héroïnomane en sevrage, ne pouvait plus s'arrêter de modifier le montage et que seule la livraison des masters à la chaine a interrompu sa compulsion interactive.
 Sauf que là, le mec m'appelle un vendredi soir pour démarrer le lundi suivant, il veut faire ça sur Adobe Première, que je ne connais pas, les enfants viennent ce week-end et je ne veux pas le passer sur mon ordi à apprendre un nouveau logiciel, alors je lui propose de lui installer Final Cut Pro X dont je suis plus familier, même si ça fait 18 mois que je ne le pratique plus.
Il n'est guère emballé mais il accepte, je n'ai pas d'obligations de moyens mais de résultat.
Ce choix logiciel s'avère peu adapté, ou alors c'est Lovecraft qui s'est emparé de la bécane, car dès le lundi matin l’acquisition des données pédale gravement dans la semoule, certains fichiers issus de la caméra C300 ont été convertis en mov, d’autres en mxf, je n'arrive pas à comprendre pourquoi, les performances de lecture de 2 heures de rushes issus d’une FS 7 (codec XAVC Intra 422/10 Class 100) avec 8 pistes son sont très dégradées, d’accord 8 pistes son c’est beaucoup, mais quand même, même les Avid de FT y parviennent, c'est dire, et le Mac mini du réal a mouliné deux heures au ralenti avec du son saccadé pour écrire les waveforms, ces représentations graphiques des courbes de niveaux sonores, sans amélioration notable de la fluidité.
Ce qui ne nous arrange pas vraiment en termes de timing, il y a entre deux et trois heures de rushes par sujet et il faut en descendre un par jour.
Me v'là beau.

(à suivre...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire