dimanche 1 décembre 2019

Le diable probablement

D’abord j'ai un moment d'absence devant mon ordinateur, et quand je reprends conscience, trop tard, je suis déjà en train d'errer sur des blogs de vieux, je veux dire, de gens qui ont mon âge :
"To rip or not", la question mérite d'être posée.
Pour des artistes morts, pas de scrupules, on rippe. Leurs enfants n'ont qu'à trouver un métier honnête, plutôt que de vivoter des droits d'auteur de leurs parents, des CDs.
Nonobstant, d'avoir contemplé l'abyme grouillant du nombre de titres d'Henri Salvador que je méconnais, celui-ci se met à me regarder aussi, et allume souterrainement la mèche de la bombe à fragmentation de la fièvre collectionneuse.

Alors je commence à jouer du clavier, et j'atteins d'abord ceci :
Woualou, voilà plein de titres inconnus de feu le père Henri, ça a l'air sympa mais il faut s'inscrire auprès de usenet, qui m'a tout l'air d'une foutue bande dématérialisée de malfaiteurs à but lucratif et de détrousseurs de cadavres, puisqu'ils empochent tes sous sans reverser rien du tout, ni à qui de gauche, ni à Michel Droit. Et donc au final raquer à de telles cyber-raclures pour télécharger, non merci, je préfère encore acheter les imports japonais sur Amazon (Henri Salvador is big in Japan, à n'en pas douter).
Mes recherches clandestines me mènent ensuite en terrain légal, chez Born bad records.
Alors là bravo, j'ai dit ailleurs et pas plus tard qu'hier tout le bien que je pensais de Born Bad Records et de leur politique d'exhumation de trésors enfouis, vraiment s'ils sont mal nés, la résilience s'est ensuite emparée d'eux au fil des ans, c'est incroyable le bien qu'ils font au paysage culturel, mais concernant Henri, il n'y a qu'un titre de lui sur cette compilation, en plus je le connais par coeur, donc je ne m'attarde pas, je repars vers le côté obscur avec http://losslessbox.do.henri_salvador_2_cd/13-1-0-2013 mais la compilation n'est plus en ligne, dommage, par contre si je veux télécharger 48 albums de Nils Petter Molvaer c'est sans problème.
C'est bien joli, mais où trouverai-je le temps de les écouter ? Comme à chaque fois que je cherche un truc sur le net, l'offre recommence à excéder ma demande. Je fais des recherches de plus en plus frénétiques, j'admets connaitre des wagons de fournisseurs douteux, chez israbox y'a beaucoup d'albums de Salvador mais maintenant il faut les choper sur isracloud et comme je ne suis qu'un goy c'est devenu payant, Qobuz fait une offre moins minable que iTunes mais y'a quand même pas de quoi se pâmer comparé à ce qu'on trouve sous le manteau que Jésus a partagé avec un pauvre, et finalement, je trouve des curiosités à un prix décent chez des amoureux de vieilleries, un espèce de Born Bad Records pour Ecroulés, Vioques & Baveux (le pendant français aux Brawlers, Bawlers & Bastards de Tom Waits)
Les Frémeaux (j'imagine aisément des frangins complices comme les Coen) ont commencé à éditer une intégrale avec plein de choses inconnues et a priori affriolantes, par exemple ça :

 Achète-moi

ou ça :


... mais pour finir, la meilleure compile pirate d'Henri Salvador, je la trouve chez un certain John Warsen, parce que j'avais oublié que c'est là que je l'avais mise, ce qui me fait penser que dans mes activités mélomaniaques sur Internet je ressemble de plus en plus à Bob Arctor dans Substance Mort de Philip K. Dick, et c'est pourquoi j'ai cessé d'y aller la plupart du temps, comprenant l'inanité de ma quête, qui m'embarque toujours vers des cybercuites sans lendemain.
Le diable probablement.
Le mot de la fin de cette mésaventure de lèche-vitrines, je le trouve chez un fondu, un passionné d'Henri qui collecte toutes les galettes de sa vedette favorite, dans la liste des raisons pour lesquelles il s'est lancé dans la collection des oeuvres de Salvador :
2/ parce qu'il est très difficile de trouver ses disques ( sa carrière discographique a commencé à la fin des années trente avec l'orchestre de Ray VENTURA et même avant en jouant du jazz ).
3/ parce que je ne connais pas grand monde qui s'intéresse à ce chanteur au point d'en faire une collection.
7/ parce que SALVADOR  est avant tout un provocateur et un Jean-foutre de première, comme moi !
11/ parce que grâce à son répertoire (et pas le meilleur), je me suis amusé comme un fou lors de soirées familiales, publiques et autres à faire le con.

Je reconnais là un fan, un frère. Moi aussi je trouve Salvador mauvais, carrément, ouvertement et en pleine conscience, il s'est livré aux pires excès de l'avariété, n'a renoncé à aucune posture poujadiste dans le corps de chansons écrites par-dessus-la-jambe, et je vois en lui un précurseur du punk bien avant l'heure du punk... il a écrit au dos de la pochette d'un de ses disques " SI CE DISQUE NE VOUS PLAÎT PAS, ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE ! " Moi aussi, quand je serai grand, j'écrirai un article où je vous suggérerai d'ALLER TOUS VOUS FAIRE ENCULER !", et ça sera trop la classe, mais je n'en suis pas là... par contre je n'ai jamais pu faire le con avec Salvador en famille, tant ils méprisaient ouvertement la culture populaire et la "variété" (qui en manque singulièrement, disais-je avant que ma femme me rééduque) française.
On m'a encouragé à faire le con avec Boby Lapointe, certes, et j'ai appris tout son répertoire à la guitare sommaire avant mes 16 ans, mais finalement, Lapointe c'est un mec désespéré, qui essayait de faire rentrer au chausse-pied une quantité de mots impossible dans chacune de ses chansons, et pour y dire quoi ? toute son oeuvre, là, pointe le tragique de l'existence humaine, alors que Salvador c'est plutôt "faut rigoler pour empêcher le ciel de tomber".
Au final, le ciel y tombe quand même, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire