lundi 6 octobre 2008

train de pensées d'un jour brumeux















Il est bien loin le temps où je m'intoxiquais fébrilement de billevesées new age - même si par rapport aux calembredaines modernes, les miennes font plutôt old school.
Aujourd'hui l'inspiration se fait rare, et même si c'est pour dire des méchancetés gratuites, faut que je profite de la marée quand elle est haute.
Alors j'ai travaillé ces pensées éparses charriées par la mer des sarcasmes avec mon p'tit rabot à main, jusqu'à ce qu'il en reste ça. En fait c'est faux, c'est venu comme ça, comme un hedge fund pourri qui réclame sa créance déclinante. (rires enregistrés à très fort volume)

"Les femmes vieillissent moins bien que le pinard, surtout quand elles en boivent trop. Celles que nous aimions et qui se sont faites emboutir par le camion du temps (à moins qu'il se soit fait brûler la prio par l'estafette du caviste) n'ayant ni la politesse de mourir ni l'élégance de nous quitter, alors que nous leur montrons clairement par nos silences et notre apathie à leur endroit comme à leur envers que si nous n'avons pas la lâcheté de leur jeter des pierres c'est uniquement pour ne pas leur montrer l'étendue de notre indifférence... nous laissent déments y bullés.
Nous naissons et mourons seuls, et dans l'intervalle séparant ces deux instants d'inconnaissance, nous élaborons de pathétiques stratégies pour lutter contre la panique qui nous engourdit à l'idée d'être crucifiés plus de trois jours entre ces deux néants, nous peuplons notre désert intérieur de figurines de terre cuite barbouillées à la hâte, avec plus ou moins de succès à nous amnésier avec, selon que la nature et la culture nous auront dotés de ressources de stupéfaction, et que l'époque se prète à leur épanouissement.
Plutôt que de courir après de nouveaux cadavres en devenir pour remplacer ceux qui coincent déjà dans les armoires qu'on n'ose plus ouvrir de peur d'y tomber sur le sien, tu pourrais exhumer du cagibi du passé le sentiment amoureux, indépendamment des personnes sur lesquelles il a pu s’exercer. Rappelle-toi de l’intensité, juste avant que la frustration ne lui tranche la gorge, rabaissant alors l’existence au rang de “misérable miracle” dépeint par des poètes aux mots inspirés mais aux vies chétives."

tiens là ça vire de Cioran à Michaux, je vais enfin attaquer sa biographie que ma mère m'a offert il y a quelques années déjà. Et puis il ne faudrait pas que quelqu'un qu'on connait prenne ça pour elle ou pense que ça ait quelque chose à voir avec du réel en cours, si tant est qu'elle y comprenne quelque chose.. d'abord, n'est pas Cioran (et encore moins Michaux) qui veut, mais quand il s'agit de désengorger une impression désagréable et diffuse en la mettant en dehors de soi, même si lorsque ce faisant on a de fortes chances de s'apercevoir qu'elle est encore dedans, au moins ne squatte-t-elle plus au-delà de l'espace qu'on lui a attribué en la dépeignant à rebrousse poil... et puis sécréter sa propre adrénaline sans tomber de l'emmerdement dans l'enfer-me-ment, ça se réussit pas du premier coup...
J'ai écrit ça sous l'abribus du délirium délétère, en pensant assez fort à quelqu'un, mais du coup la forme est super-datée, même lui il ne parle plus comme ça aujourd'hui.
Apparemment, moi, si.
Il faudra que je fasse le match retour en imaginant le point de vue de la nana sur son mec, et que c'est pas tous les jours des vacances d'agrément non plus, hein, faudrait pas croire.
En attendant, je le lui poste, et il me répond :
"Ta pensée est pour le moins judicieuse cher ami, quoiqu'un peu brutale pour être livrée telle quelle à un lectorat féminin qui n'en comprendrait pas le cynisme vengeur ! Mais peut-être que tu as plus de temps de pratique avec cette sorte de résignation terrible... je vais donc recopier dans mon cahier d'idées pour laisser reposer et ressortir plus tard quand sera venu le moment de faire un livre sur ce désenchantement-là... à bientôt "
Ca veut dire qu'il est aussi confus que moi dans sa pensée, ou quoi ?
Je n'ai fait qu'enfiler des perles au cul pas rares en contrefaisant une forme verbeuse qu'il, que nous affectionnions de partager ensemble...
Finalement l'inconscient sait très bien ce qu'il fait : qu'on m'adoube pour le "cynisme vengeur" et la "résignation terrible", amis douteux qu'il vaut mieux avoir en photo qu'en pension, mais adoubement que j'ai bien cherché, et je sens bien que je faisais aussi fausse route qu'hektor canon quand il se prend les pieds dans la vacuité existentielle à base de quiproquos sur les tenants et les aboutissants des situations dans lesquelles il s'implique. Ainsi lui réponds-je que le "cynisme vengeur" est condamné à l'autodestruction, parce qu'on ne prend jamais "sa revanche" sur quoi que ce soit, l'univers n'est pas câblé comme ça, d'autre part parce qu'il m'est effectivement arrivé d'avoir à renoncer pour amoindrir des frustrations, et qu'il faut bien voir la ligne de démarcation entre résignation (forme raffinée mais éreintante de suicide au quotidien : on s'enferme dans la tombe avec le cadavre de quelque chose mort-né qui commence à se décomposer) et renoncement, où on laisse tomber quelque chose, soit qu'on peut pas l'avoir soit que la motivation chute d'elle même ou sous la cause d'une influence extérieure. La moindre confusion entre ces deux entités psychologiques se paye cash. Notre inconscient n'est une cage d'escalier malpropre taggée au marker fluo par un concierge farceur, n'en déplaise à Thiéfaine et autres idolâtres entichés d'entropie. Ou alors il s'est simplifié la tâche : il s'agit de nous inciter à nous reproduire. Par tous les moyens. Point barre.
"Excuse moi de t'infliger ces cogitations matinales au fur et à mesure qu'elles émergent de mon pantalon de pyjama." conclus-je benoitement.
Je pourrais vous faire la même remarque.

à relire en écoutant "metavoïd" par lustmord (le lien est dans les commentaires) :
si la complaisance était une musique, ça serait le dark ambient.
Sans déconner.

1 commentaire: