jeudi 16 octobre 2008

le rhinocéros de Monsieur Seguin

"Comme je l'ai déjà remarqué la semaine dernière, prends garde à la tentation de l'hermétisme, frêre. Elle comble assez bien la pulsion grégaire (car on se veut complice, et on l'est malaisément seul) et la soif d'élitisme, mais on n'est plus compris de grand monde, et j'ai cru comprendre que tu souffrais surtout d'isolement."
P'tain comment y cause, mon frêrot, on voit qu'il a fait des études.
"Et n'oublie pas que l'avidité et la jouissance sont incompatibles par nature."
Bien bien bien, alors aujourd'hui on va pas faire dans l'ésotérisme.
J'ai imaginé que la poignée de branleurs repentis qu'on était sur le forum dépendance sexuelle, on était un peu dans la position de Monsieur Seguin, on élève des chèvres en les sermonnant sur les dangers qu'il y a d'aller dans la montagne, où le risque de se faire bouffer par le grand méchant loup pornoïque est grand. Un jour ou l'autre, elles finissent toutes par ronger leur corde, et on n'en entend plus guère parler. Peu d'entre elles nous rassurent plus tard comme vient de le faire Spirit, à coups de cartes postales lénifiantes sur les merveilleuses vacances qu'elles passent à la mer, même si le verso de la carte s'orne d'un dessin épouvantablement grivois emprunté aux pires heures de Kiraz.

On ferait peut-être mieux d'élever des rhinocéros : bigleux, sourd, cuirassé comme mon pote Emkine,
le rhinocéros est relativement indifférent aux grands méchants loups pornoïques.
Mais d'un autre côté, dans ce cas-là, pas plus de Lettres de mon moulin que de beurre en branche.
Faut faire des choix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire