vendredi 13 février 2015

« hier ist kein warum » (ici il n’y pas de pourquoi)

Najat Vallaud-Belkacem :
« L’école est en première ligne aussi pour répondre à une autre question car même là où il n’y a pas eu d’incidents il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves, et nous avons tous entendu les “oui je soutiens Charlie, mais…”, Les deux poids deux mesures. Pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ? Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école qui est chargée de transmettre des valeurs. »

Réponse de Noëlle Cazenave-Liberman :

(...) « Les jeunes vous rappellent toujours à la question de la valeur des choses. Et ils le font de manière très créative. À cette étape de la vie, on est en mesure de créer. C’est très important d’entrer en contact avec cette capacité de conscience que les jeunes possèdent, car si elle n’est ni reconnue ni encouragée, elle tourne à la destruction. Il n’y a pas d’alternative. »
(...)
« L’enfant doit pouvoir penser qu’il a le droit d’être chez lui dans le monde. Autrement dit, qu’il a le droit de vivre. S’il en est incapable il tombe forcément dans un fonctionnement autiste. Son esprit ne peut plus fonctionner, son pourquoi est pris au piège et il perd alors son moi. S’il ne peut pas demander pourquoi, il n’a pas d’autres questions à poser, et il n’y a plus de réponses – le moi et le monde n’ont plus de sens. Autrement dit, ils n’ont pas de valeur. Les valeurs ne viennent au monde que lorsqu’on peut demander pourquoi. » 
(...)
« Notre “site” est l’univers, et c’est pourquoi nous demandons pourquoi. Les réponses que nous apportons à ces questions décident de notre degré d’humanité ou d’inhumanité. »

Digression en aparté de Blasphemator® :

« Je suis Charlie mêêêêê…. » dit le mouton de Belzébuth.

« Hier ist kein mais », répond Blasphemator® en l’enfourchant sans aber, peu soucieux de savoir si le pauvre animal a le don des langues.

Sur le même thème, mais dans un tout autre registre :

Alain Cugno : l'intelligible inintelligibilité du mal

Rien que la relativement intelligible inintelligibilité du titre de l'article me rend envieux, tant pis, mon plan B s'intitulera La plénitude de la Vacuité, je trouverai bien quelque chose à dire d'ici à ce que je trouve 5 minutes pour l'écrire.

Sinon j'enverrai Blasphemator® avec un mot d'excuse.


« Fiat Luxe ! » se serait exclamé le mouton de Belzébuth après la visite-éclair de Blasphémator® dans ses interiors.
Voulait-il dire par là qu’il allait s’acheter une petite italienne pas donnée mais confortable, parce qu’il aurait du mal à marcher en crabe pendant un certain temps ?
C’est ce que l’enquête, entre les mains de la Brigade Zoophile des Experts Rodez, devra déterminer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire