mercredi 18 février 2015

BLASPHEMATOR®, LE FLIM ! (3)

D'abord, Blasphemator® dire "Bonsoir à touffes", parce que Blasphemator® plus poli qu'il n'y parait.
Ensuite, Blasphemator® annoncer remplacer provisoire John Warsen pour nouvel épisode du débriefing à chaud aventures trépidantes autogérées de lui-même, Warsen malade avec grippe teutonne mutante attrapée au bureau en dérushant interviews en allemand et en écoutant musique ambiente pleine de vent mauvais, pieds nus dans les courants d'air, porte du bureau pas bien fermer et Warsen oublier rabot à la maison, Warsen se croire plus malin que virus, mais principe de réalité plus fort que parti d'en rire, virus petit malin alors que Warsen gros malin, et virus introduit dans organisme hôte, et maintenant Alien 12 être en préparation dans petit studio français indépendant, blockbuster qui tousse et qui tache, vraie curiosité projetée en Mollardrama sans besoin lunettes 3D engendrer sérieux problèmes oculaires et névralgies faciales stigmatisantes, mais pas oublier ciré avant la séance, sinon fini la garantie.

Blasphemator® sincère et humble, vraiment vouloir écrire article qui fait date sous licence Creative Commons everybody et retrouver vrai esprit Internet des pionniers, en même temps Blasphemator® craindre un peu visite du salon de l'autosatisfaction, alors devoir faire attention pas sombrer dans complaisance coupable, sinon après, devoir encore se flageller sur blog Warsen et pisser dans la soupe en tirant sur l'ambulance, et ça demander trop de coordination psychomotrice avec moyens du bord déjà au taquet.


Résumé des épisodes précédents :


Blasphémator® faire résumé plus tard, être attaché aujourd'hui à mieux vivre l'éternel instant présent.

Episode du jour : le bêtisier des meilleures mauvaises blagues de Blasphémator®


D'abord, Blasphémator® redire bonjour à amis choisis par Montaigne et La Boétie, espèrer eux bien dormis. 
Blasphémator® bien digéré son suppositoire au Mein Kamphre hier soir et bien fermé son oeil de verre de la nuit, alors ce matin Blasphémator® pas chômé après s'être enfilé son ami Rocco Ricoré, car c’est dans le besoin qu’on reconnait ses amis, sauf Rocco Ricoré qu'on reconnait sur présentoir PLV de la grande distribution au service du consommateur éclairé par les néons du magasin.
Blasphémator® un peu fatigué pour raconter la suite de ses aventures, attendre inspiration et sommeil rattrapé, alors Blasphémator® faire meilleures mauvaises blagues avec les images, et Postériorité jugera, Blasphémator® pas s'embêter avec jugement moral de l'instant présent au jour d'aujourd'hui.
Blasphémator® pas se croire au delà du Bien et du Mal, simplement Blasphémator® pas trop le temps de s'occuper fioritures éthiques pour l'instant, trop occupé imaginer suite de la fin de l'épisode maniaque.

Franchement, mieux diffuser images détournées que parler procès DSK et Carlton de Lille, Blasphémator® pas besoin intervenir quand Dodo La Saumure hanter le prétoire, lui faire tout le boulot avec surnom assez éloquent pour être roi de la publicité vivante du maquereau fumé au vrai sel de Guérande et de la prostitution en col blanc et slip propre, surnom parler de lui-même tellement évocateur vieux film Michel Audiard, pas besoin soudoyer avocat marron parce que acheté en promotion chez Super U et oublié dans la corbeille à fruits pour prendre défense la Saumure.

Et puis au fond de lui-même, Blasphémator® pas pouvoir jeter l’abbé Pierre à Dodo La Saumure, parce que des fois, Blasphémator® subir tentation du démon du téléchargement illégal, et Blasphémator® se rappeler grande similitude prostitution en bande organisée avec téléchargement illégal, Blasphémator® avoir lu avis pertinent sur la question sur forum Cafard Cosmique et gravé en lettres de feu de trois mètres sur douze dans sa caboche de Breton en silicium depuis bien avant Mahomet souillé sa première culotte  

"Quand tu aimes la musique sans la payer, c'est comme si tu allais aux putes, tu t'amuses bien, et au moment de payer tu t'enfuis en sautillant, le pantalons sur les chevilles, parce que les macs c'est vraiment des connards." 
Après avoir médité avis méga-pertinent bon ami Cafard, Blasphémator® trouver le moyen habile pour repousser avances insistantes du démon de la pute bénévole du téléchargement illégal, en achetant sur Amazon disques préférés et pas disponibles en magasin. Mais Blasphémator® vite se rendre compte engraisser à son insu gros cyber-auto-enculés capitalistes dotés de la nature du Bouddha sur Internet, à nouveau démuni pour savoir comment résoudre dilemme avec ressources intellectuelles limitées.

En plus, pas pouvoir s'enfuir en sautillant du magasin Amazon pour gruger Dodo la Cyber-Saumure avec pantalons sur les chevilles, ça débile croire possible, vite rattrapé par cookies sanguinaires Amazons, et après ça, bénis oiu-ouis et maudits ni-nis de l'UMP envoyer message clair et inintelligible au gouvernement dans le Doubs abstiens-toi et loi Hadopi toujours au service des puissants de la Sacem de la Justice du Tourne-Disques à deux vitesses, et après Ukraine encore payer les pots cassés parce que plus le temps s'occuper vrais problèmes au Parlement Européen quand merde voler partout dans ventilateur.

Et encore, Blasphémator® se retenir d'épiloguer, ça être la face émergée de l'iceberg caché sous la glace, Blasphémator® pas évoquer par pudeur intime ses démêlés notoires du même tonneau avec cybermorues dessalées au sel de Guérande sur Internet, public pas en croire leurs yeux et les bras leur en tomber comme si mordus par scorbut enragé, et Blasphémator® se couvrir de ridicule, pas pouvoir se draper dans toile cirée de la dignité pleine de taches douteuses.

Heureusement, amitié virile et solidarité masculine régner en maitres sur internet, ça vrai esprit des pionniers de la liberté, forums de partage et d’échanges gratuits cybermorues dessalées éclore comme champignons qui font rire le lendemain mort de Charlie, avoir qu'à se baisser vers l'abime pour en ramasser treize à la douzaine et télécharger images de rêve foufounes pixellisées et muqueuses en libre accès, et Dodo La Cyber-Saumure bien l’avoir dans le baigneur pour organiser rendez-vous tarifés pour exploitation cordiale de la misère humaine.

Bref, explications pénibles, douloureuses et confuses, mais nécessaires pour expliquer pourquoi Blasphémator® préférer organiser soirée diapos plutôt que déblatérer sur grand déballage Dodo La Saumure malgré nécessité vitale laver la vaisselle cassée en famille  avec Paic citron sous l'oeil sans complaisance des ténors du barreau, certainement encore accroitre rayonnement intellectuel de la France à l'étranger et augmenter gloire de la démocratie participative, en fait surtout profiter Marine au vrai poivre de Guérande et électeurs dessalés mais plus pour longtemps.

Et maintenant, Blasphémator® dire assez de verbiage, place à l'image.



Blasphemator® est en retard chez son psy

Blasphemator en vacances chez son ami Jerry Frissen dans le désert Mojave

Blasphemator® se fait gauler par la police de la route avec sa mobylette quantique trafiquée par Stephen Hawking

Blasphemator® lit Spirou

Blasphemator® envoie ses voeux à Daech

La photo que Blasphemator® garde dans son portefeuille en cas de crise de foi

Blasphemator® apprécie les bons petits plats

Blasphemator® se touche le Fonds Régional d'Art Contemporain

Il a neigé hier dans le jardin de Blasphemator®,  Blasphemator® en a profité pour sculpter une idole païenne à son image, et puis son homoncule a fait un selfie

Blasphemator® a une idée

Début janvier, Blasphemator® se cherchait encore (mais en février si tu le cherches tu le trouves au bureau)

La collection d'estampes japonaises de Blasphemator®

Blasphemator® au stade du miroir (quand il était petit, alors ça compte pour du beurre)

Finalement, la coloscopie de la femme de Blasphemator® s'est bien passée.

Le mouton de Belzébuth, Blasphemator® lui doit plus que la Lumière.

Blasphemator® aime le cinéma d'auteur à petit budget

Blasphemator® aime le cinéma d'auteur à petit budget (II)

Blasphemator® connait un moyen habile pour se libérer de ses liens dans un film d'auteur à petit budget

Le réveillon de Blasphemator® avec la femme du Prophète
(elle est déjà bien connue des exégètes, celle là, désolé)

Blasphémator® se met un doigt dans le Kurde en recevant une carte postale



Blasphemator® raconter bêtisier à sa femme avant elle partir au travail, mais elle pas tout comprendre, et rester dubitative. 
Blasphemator® prendre râteau galactique, obligé rire tout seul comme d'habitude seconde nature. 
Ca bien triste, en fait.
Blasphemator® pouvoir s'en prendre qu'à lui-même, avoir pas assez médité sur prémisses auto-conclusives de vacuité égotiste de la dérision, que Blasphémator avoir pourtant écrites quand lui petit fou se prendre pour John Warsen.

PS : Blasphemator® croire avoir inventé terme "Postériorité" dans article pseudo-rigolo en visant à stigmatiser inflation des superlatifs en cours dans sphère médiatique en faisant jeu de mots pas trop crado sur "Postérité", mais Blasph avoir lu "Postériorité" dans journal Courrier International quelques jours après, écrit avec beaucoup de sérieux grave.
Blasphemator® stupéfait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire