mercredi 11 février 2015

BLASPHEMATOR, LE FLIM ! (1)


L'affiche de le flim.

Scénario :

En 2015, des e-Cybernéticiens débarquent du futur à bord de la mobylette quantique du mollah borgne Homar’Eh’D.Quinoxh (dit Djihad-Djack-n’a-qu’un-oeil), celle-là même qui lui avait permis d’échapper à ses poursuivants après la pitoyable traque de la CIA en 2001, l'odyssée de mes spasmes.


Après avoir kidnappé le Veau d'Or des Païens Idolâtres, 
Omar s'enfuit au Boukistan sur sa mobylette quantique. 
(image AFP/Reuters)
« Si quelqu’un dit la vérité, donne-lui une mobylette,
il en aura besoin pour s’enfuir » (proverbe afghan)



La mobylette quantique avant 2001


La mobylette quantique post-2001 : 
customisée par Stephen Hawking dans son Garage Hermétique,
 elle voit ses performances grandement améliorées, 
surtout en côte et dans les trous de ver.

Les e-Cybernéticiens, rendus fous de douleur scientifiquement laïque par le massacre de Charlie Hebdo, garent la mobylette n'importe où, puis implantent dans la mémoire de silicium d’un Androïde de Classe Américaine l’intégralité des dessins publiés par Charb depuis la création de Charlie Hebdo, rien que pour voir ce que ça fait (et de fait, ça en fait quand même un sacré paquet.)
Cet afflux massif de données dans les hémisphères cérébelliqueux de l'androïde provoque la surchauffe et l’émergence d’un embryon de conscience politique dans les circuits déprimés du e-cerveau, qui se croit dès lors Investi d’une Mission Sacrée : bouter les Croyances hors de l’Homme, afin qu’Il cesse d’y être assujetti, trop souvent au détriment de son intelligence.
Cette intelligence qui ne saurait être nôtre : elle appartient à notre espèce. L'illusion du contraire nous est engendrée par sa spécificité, la Nature nous ayant dotés d'une conscience autonome.
Mais tout ça, notre nouvel ami n’en a rien à carrer :
Blasphemator® est né.
Sa seule arme : un gode acheté par internet sur le catalogue de la Déroute à Roubette
Le Blasphème.


Recevant le faire-part de naissance de Blasphemator dans sa boite mail, 
Hubert Reeves, un rien vénèr, tenta brièvement de surenchérir,
pour tirer lui aussi, et pas que à 7 millions d’exemplaires.
Manque de pot, n’est pas Blasphemator® qui veut.

(à suivre)

Inspiration & Re-sources :

- Pierre Dac - « La tyrolienne haineuse » (disques Poulidor)
- Stephen Hawking - « Y a-t-il un grand architecte dans l'univers ? 
Si oui, il n’est pas souvent au bureau. » (Editions Nallet-Boirunvert)
- Vincent Hardy "Ashe Barrett 1.0 (tu nous manques !), un précurseur enfumé du Blasphemator®.
- Francis "Allah" Masse pour son Encyclopédie 2.0
- Dieu, quel qu'il soit et où qu'il fut, pour ses effets psychotropes sur Maurice G. Dantec, tombé du côté obscur de la confiture.
- L'Odieux Connard, pour l'ensemble de son oeuvre. Bien qu'il s'en défende, Bassflemmator® a bien du mal à ne pas copier son style, calice de tabernack fucké dans le ciboire.
- Last but not forgotten on the list, ma Muse, astucieusement travestie sous les traits fourchus et cornus du démon de Charlie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire