lundi 21 août 2006

Reconnaissons notre besoin de reconnaissance (2)


Flo dit : "se nourrir du regard de l’autre passe par l’émotionnel. L’émotionnel est un moteur très puissant au niveau énergétique. Le seul problème c’est que ça crée des cycles d’exaltation dépression car il y a une très forte saisie. (…) Moins tu attends de reconnaissance et plus tu aimes l’autre, moins tu perds d’énergie." Il n’y a pas que dans les rêves que le besoin de reconnaissance se manifeste : la semaine dernière, je me suis porté à la rencontre physique (c’est la première fois) d’un ancien membre non encore "guéri" du premier forum consacré à la dépendance sexuelle, membre que je qualifierais donc de sympathisant non pratiquant si cette formulation n’augurait l’inverse de ce qu’elle désigne : un état où l’on admet son impuissance sans en tirer les leçons. Suite à cette rencontre, nous avons échangé quelques mails :
-Salut John. Je te parlais il y a quelques semaines d’un projet de mail. Il faisait suite à une nième tentative de « demain, j’arrête ». Cette tentative a été une belle réussite … durant quelques jours.
-C’est pas "demain, j’arrête", c’est "aujourd’hui, je me tiens éloigné du porno, parce que quand je mets le doigt dedans, ça s’enfonce jusqu’au couillde, voire plus si affinités."
-J’ai repris la position basique du mateur à clics, et cela a pris une nième forme. La demande viscérale s’adapte à toute nouvelle situation, avec ou sans danger. Enfin, tu connais(sais).
-Pourquoi ne fais tu pas ton énième come-back sur le forum ? orgueil, inconscience ? ça te coûterait quoi de prendre un énième +1 engagement, sachant que tu peux le rompre d’un simple clic ? si tu te vois ridicule et misérable, n’aie pas peur, tu l’es ! mais tu peux cesser de l’être, un jour à la fois. Tu sais très bien comment. Tu l’as déjà fait. Orroz était d’une infinie patience. Mais aucun coup de pied au cul ne t’atteindra que tu ne te le mettes. D’ailleurs il ne s’agit pas tant de ça que de regarder le démon en face comme le dit Hubert Selby : "J’ai fini par comprendre qu’il fallait arrêter de résister au démon, juste le regarder en face. C’est la résistance qui m’a tué. Ça m’a amusé, après avoir vu mon existence dévorée par la violence, d’apprendre que le premier sens latin de ce mot est "force de vie"
-Depuis que je n’ai plus –volontairement - internet chez moi, il reste le boulot ! C’est carrément dangereux, à deux points de vue : du point de vue flicage informatique (accès réglementé avec une jolie mire « site interdit »), et du point de vue rentabilité minimum, pour un temps passé au bureau passablement louche, avec parfois des attitudes de sauvage aux limites de la désocialisation (moi qui aime plutôt les gens en plus…)
-ben voui, c’est dommage, hein ? on peut même pus cliquer tranquille.
La vie nous appelle, mais on préfère le tombeau.
Ca pue un peu, mais on y est en sé-cu-ri-té.
-Bref, encore une situation où on est en droit de se demander ce qui justifie ce risque et accessoirement, ce mal être qui découle de ces mises en situations grotesques, dangereuses, stériles, de ces mensonges.
Tu te rends compte ? Non mais, tu te rends compte ?!
Cela fait des années que j’ai mis le doigt sur la réalité d’un « problème », que j’ai réfléchi, et surtout que je tente sur moi des solutions par l’action ou la non action, et … j’en suis là, toujours, un peu comme le gluon du trou qui trouve que rien n’avance vraiment. Orroz parlerait du nombril, mais bon …
-"Pour jouir de la fatalité il faut s’y rouler" et c’est sûr que t’es pas tout seul dans ton cas-cas.
Pierre est obligé de se complaire lui aussi dans sa morfondaison pour continuer d’y tourner en rond. Pas très rond, en fait, mais tu dois pouvoir t’inspirer de cet effet-miroir et des commentaires qu’ils m’inspirent pour reprendre le boulot. Toi, je ferais mieux de t’écrire un formulaire prérempli et de te l’envoyer à chaque fois que tu replonges, vu qu’on s’est déjà tout dit sur l’ancien forum. Et ça servirait à quoi ?
Ce qui m’agace d’autant plus de me prendre alors pour un ayatollah de l’abstinence :
ce n’est pas le but, mais le moyen d’entrer dans cette nouvelle vie.
Mais c’est comme dans la chanson de Jonasz : "on fume juste une cigarette… et on y va pour la nouvelle vie. " Ca marche pas comme ça, la preuve, c’est que tu piétines toujours dans l’antichambre. Change ton regard de plaignos rationalisant, et tu sauteras sur l’opportunité au lieu de te faire péter les plombs en te disant "qu’est ce que chuis con, quand même…"
-Mais ce besoin couve partout : sous un stress, une réussite, un « manque » …sous le blanc, le noir, le chaud ou le froid, la vie.
-t’as oublié : sous le sel, le poivre. Sous la vie, la mort. Sous le yin, le yang. Noël en cabane, Pâques aux rabannes, tout ça tout ça….
-Bon, cela étant pour le contexte des états d’âme, je vais aller au sujet initial du projet de mail. Il s’agit d’un sujet bateau, mais sans solution au fond de ma tête, et qui revient de manière cyclique : comment est construit l’homme, et quelle place occupe cette envie pornographique dans l’histoire de l’humanité. Pour ce qui est du cadre général, je me suis bien essayé à un modèle des motivations fondamentales des Hommes (hommes et femmes), je tombe sur une fleur à 5 pétales que j’aime bien, mais c’est sans retombées concrètes pour mon problème, mon problème d’homme.
Ainsi, dans quelles dispositions étaient nos grands-pères, sans nos exhibitions à grandes échelles, nos accès lubriques faciles, avant internet, avant la photo, avant la société de consommation ? Ne rêvaient-ils pas en secret de bonnes vieilles mises en scène de cul avec leurs fantasmes ?! Y compris à l’église, où le curé avait pris les devants en leur disant : « ce n’est pas bien… »
-Je pense qu’après 12 heures aux champs ils avaient surtout envie de pioncer. J’ai beaucoup de reconnaissance pour eux : c’est grâce à eux et aux fruits de leur labeur que j’ai pu accéder à cette existence de cyber-feignant redresseur de torts des autres ;-) tu pourrais essayer de te dire que tu leur dois bien d’essayer de vivre à la hauteur du confort moderne qu’ils n’ont pas peu contribué à te procurer.
-Déjà, certes, il y avait les guerres, tous les 30 ans en moyenne, ce qui occupe : on se fout sur la gueule, on reconstruit, ou l’inverse. Et puis les périodes avec les grandes idées passionnées : le nouveau monde, la révolution, l’aventure scientifique, les théories sur la société idéale et le marxisme, …
-… hé oui toutes ces grandes idées qui finissent dans le sperme et le téléchargement… c’est triste, hein ? et puis on est peu d’choses entre les mains du grand capital.
-Mais pour le reste ? Un idée persistante chez moi est que, bien concrètement, partout où les conditions rendent cela possible, les hommes « profitent au maximum » du sexe, avec ce que cela comprend de grivois : historiquement dans les bordels des villes, dans les sérails des puissants, dans les maisons bourgeoises avec les servantes, dans les arrières-bureaux des sous-chefs, dans les zones rurales avec les filles sous-éduquées ou esclaves, voire simplement en rêve pour les plus pauvres. Beaucoup d’écrivains se sont essayés aux récits pornographiques, dans l’ombre, y compris victor hugo par expl. qui incarne pourtant une forme de romantisme respecté. L’histoire des femmes dans toutes
les sociétés est marquée par leur statut plus ou moins explicite d’objet du désir, à commencer par ce que nous révèle l’histoire des religions et les modèles qu’elles proposent.
-Ben heureusement que nous sommes des êtres de désir ! Et que les femmes en sont l’objet !
C’est pas ça le problème, le problème comme tu as pu le constater réside dans les modalités de satisfaction de ce désir. Toi tu as peur d’avoir à renoncer à l’érotisme, mais comme tu as déjà lâché la proie pour l’ombre, tu as peur que si tu lâches l’ombres il ne te reste plus qu’à méditer dans le noir, ce qui est peu engageant. Vas-tu continuer de t’accrocher à ce "rien" que tu crois "tien" alors que Paulo & moi & Bruno & un certain nombre d’autres en avons été délivrés par la reconnaissance que cette faille comportementale, cette déficience, ce dysfonctionnement, appelle-le comme tu veux, ne se laisse pas circonvenir par l’analyse, de même que le cancer ne se traite pas par la lecture d’ouvrages médicaux ?
Demain n’arrive jamais. Le seul moment pour en finir c’est tout de suite.
j’emprunte les mots de Dartan, qui disait dans le premier cycle du cours d’orthologique :
"Tous, tant que nous sommes, avons en nous "quelque chose" qui veut toutes les femmes et tous les biens de ce monde : c’est la règle chez les primates, et elle repose sur des instincts qui s’éternisent chez les humains. Mais ce n’est grave et dangereux qu’autant que nous en sommes inconscients. C’est alors seulement que nous agissons en gorilles. C’est alors seulement qu’avec l’habileté infaillible qui marque du sceau de l’inconscient nos comportements ataviques, nous découvrons les moyens de parvenir à nos fins souterraines. "

La suite demain.

Commentaires

Depuis que je me suis retrouvée plongée dans le porno sans l’avoir voulu (ou sans l’avoir vraiment voulu? J’aime pas l’idée de “on n’a que ce qu’on mérite” mais en tout cas on le cherche) je me suis souvent amusée de cet argument des pornophiles ou addicts qui se cherchent des excuses: Après tout c’est dans notre nature d’Hommes, pour pas dire dans la nature tout court.
Cette obsession/agressivité qu’ont les gens à vouloir à tout prix se différencier des animaux tout en se raccrochant à leur côté animal comme alibi à chaque fois que ça les arrange c’est tripant!
Et on en revient toujours à la même chose: on est victime tant qu’on a pas compris qu’on peut ne pas l’être, on est un primate tant qu’on a pas compris qu’on peut ne pas l’être.
En tout cas mon homme, qui est en train de descendre de son arbre, est vraiment fascinant et beau dis donc, pourvu qu’il se casse pas la gueule !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire