samedi 19 août 2006

Reconnaissons notre besoin de reconnaissance




J’ai révé que mon voisin d'en face, aimable septuagénaire, nous hébergeait quelques temps et m’apprenait qu’il avait été lui aussi porno-addict, d’ailleurs il postait régulièrement sur l’ancien forum d’Orroz. En fait il se dévoilait d'entrée, en m’appelant sans préambule par mon pseudo, en se marrant doucement de cette rupture pacifique d’anonymat : "alors, john warsen, comment ça se passe, cette première année d’abstinence ? -Sans déconner, jean-pierre, t’en étais aussi ? (comme si on avait fait la guerre ensemble… et qu’on en était revenus entiers tous les deux.) Alors, t’étais qui, toi ? c’était quoi ton pseudo ? (comme si c’était important.)

Le besoin de reconnaissance s’exprime ici sous une forme contradictoire : il s’agit à la fois

-d’appartenir à une communauté humaine fondée sur un objectif désirable (la cyber-sobriété sexuelle)

-et de s’en distinguer par la manifestation de qualités individuelles spécifiques, si possible en étant à ce titre adoubé par ses pairs.

Le sentiment de fraternité est-il alors au service de l’égo, ou l’inverse ? A la limite, on s’en moque, du fait que le but est atteint : l’issue de la lutte pour l’obtention de l’abstinence cyber-sexuelle est certaine, le désir fusionnel et le besoin d’individualité font alors bon ménage puisqu’ils se renforcent mutuellement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire