jeudi 25 décembre 2008

noël en cabane, pâques aux rabannes

Mardi, à la prison, y'avait un prisonnier qui faisait plaisir à voir : il jubilait, littéralement réjoui d'avoir compris l'essence du programme de rétablissement qui nous est suggéré, après ixe années de dépendances, de toxicomanies, de cures et de séjours prolongés à l'hôtel du caniveau.
Et alors que le plus gros du boulot reste à faire pour lui : ne pas boire quand il sortira du gnouf.
C'est pour le coup que la racaille banale, les pauvres types de base, les vulgum pécusses qui sont dans le déni et/ou trop fracassés pour comprendre ce qui leur arrive, l'écoutaient re-li-gieu-se-ment, bien que dubitatifs.
Il y a ce mystérieux déclic qui se produit ou pas au fond de l'être, irréductible ou pas à la somme de ses manques, qu'il soit vétéran ou pas des guerres psychiques.
A l'automne, j'ai entendu un sociologue dire dans une émission sur l'hyper-alcoolisation des jeunes, que y'avait pas que les produits, mais qu'il fallait regarder les personnes, l'environnement... qu'on vivait aussi dans une société de la toute-jouissance et de la toute -puissance, qu'il y avait un déficit de place pour la jeunesse, un déficit de transmission aussi, que la relation à l'autre était problématique... qu'au lieu de focaliser sur l'alcool, il vaudrait mieux travailler pour que les personnes intègrent le cadre, dans une construction identitaire, de faire émerger l'intégration d'une capacité à réguler ses émotions...
Les sociologues sont une sorte de moralistes dispensés de fournir un remède précis aux dysfonctions qu'ils décrivent, et à ce prix-là, ils disent des choses intéressantes.
Comme quand je disais, après avoir relu Orroz, que le porno était un accident industriel entre la révolution sexuelle et le libéralisme, au sens où Tchernobyl avait été un accident industriel entre la science de l'atome et l'incapacité étatique à gérer l'urgence.
Mon Dieu, préservez-moi de me prendre pour un professeur d'explications.
Quitte à me rendormir ensuite devant Hellboy II en Blue-ray.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire