vendredi 20 janvier 2006

Are you aDicKted to aDicKtion ?





Malheurs et bonheurs sont sans doute équiprobables, mais la loi de la gravité entraine les tartines à chuter plus souvent du côté de la confiture. D’où nos préférences pour le pessimisme, système de valeurs jugé plus réaliste dans le sens opératoire du terme. Toutes choses épouseraient cette sombre simplicité finalement réconfortante si la mort nous permettait de débarasser réellement le plancher. D’après les tibétains, qui se penchent quand même depuis quelques siècles sur la question quitte à faire l’impasse sur le reste, il semble n’en être rien. Est-ce que c’est pire de songer que le décès et le passage dans les bardos ne provoqueront qu’une amnésie partielle sans effacement de l’addition karmique, et que nous serons à nouveau lâchés dans ce monde en croyant que c’est la première fois alors que nous serons grosso modo embobinés par les mêmes tropismes ? à mon niveau de pratique, qui est de décrypter le blog de Flo aussi halluciné que si c’était de la pornographie spirituelle (pour la beauté gratuite et coûteuse de l’oximoron mais aussi parce que je me sens incapable de faire ce que je la vois faire), oui.
A ce titre, le mensonge de l’intoxication est frère jumeau de celui de la libération, et la toxicomanie n’est qu’une occasion particulière de prendre conscience que nous nous accrochons à tout ce qui nous tombe sous la main, et préférons la souffrance connue à toute éventualité d’expérimenter quelque chose d’autre. Et comme la dépendance consiste à effacer la douleur par ce qui la provoque, on est peinards : d’ici qu’on ait compris à quel endroit précis on se prend les pieds dans le tapis, on sera déjà morts d’autre chose, ce qui ramène aux trompeuses cases départ évoquées plus haut.
On ira voir avec un intérèt mâtiné d’inquiétude l’adaptation du roman de Dick "A scanner darkly" (paru en français sous le titre Substance Mort) qui sortira en juin 2006; le roman originel évoquait de façon assez définitive les boucles mentales de la dope, de la schizophrénie et de la cybermodernité, sous la forme d’un diamant noir qui a carbonisé la cervelle de ses lecteurs depuis 1976 et se situe entre ses grands romans de SF et la trilogie mystoïdo-chrétienne qui finira par l’achever, et ses lecteurs avec.
Ca peut pas être pire que Total Rigoll ou Blade Runner qui, dans le genre trahison, se posaient quand même là. C’est même plutôt flatteur : un prophète de la stature de Dick ne peut que susciter la trahison admirative de zélés Judas.




Commentaires

  1. J’ai beaucoup les BD de Goossens et cette scène est une de mes préférées ! J’aime beaucoup P.K. Dick aussi et je me demande bien ce que “Substance Mort” peut donner adapté au cinéma… C’est sans doute plus facile d’adapter du Goossens…
  2. dans la série “les comparaisons débiles”, pour moi Goossens est devenu prisonnier de son système à partir de l’encyclopédie des bébés, et a cessé d’innover par la suite tandis que dick n’a jamais cessé d’étonner ses lecteurs.
    Goossens transposé en film, ça passerait très mal, ça deviendrait très gras, car il utilise la bédé pour plastiquer les codes narratifs de la littérature et cinéma, ceux-ci en profiteraient pour se venger bassement.
    d’ailleurs je me demande pourquoi il est d’usage de se lamenter de l’infidélité des adaptations : quel contrat moral liant un créateur à ses illustrateurs serait-il dénoncé par ses fans ?
    à part l’affaire des versets sataniques, qui a fait rigoler tout le monde sauf les fondamentalistes et salman rushdie, d’ailleurs je crois qu’une adaptation cinéma est en cours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire