vendredi 24 novembre 2006

Panne


La panne du forum dépendance-sexuelle me donne l’occasion de mesurer mon attachement; le serveur est en vrac ou phagocyté par un dark vador du libéralisme pornocratique : impossible de franchir le barrage de la page d’accueil, et aucun message posté depuis hier soir 18 heures (c’est louche.)

Vous allez me dire qu’être “attaché” au forum c’est mieux que d’être attaché au cyberporn, et vous aurez raison.
Quelle merde cette dépendance ! c’est d’ailleurs pour ça qu’on s’y attache ! la merde ça colle, c’est bien connu. On s’attache au poison, puis on s’attache à l’antidote, qui finit heureusement par devenir contre-indiqué. Il est paradoxal qu’on se sente “utile ” en ayant plus d’ancienneté dans l’abstinence, parce qu’on a “valeur d’exemple”, quoi qu’on puisse raconter là-bas, et qu’on sente en même temps à quel point on a besoin des autres, ceux qui souffrent encore, qui sont au tout début du sevrage, et qui nous rappellent d’où on vient et où l’on ne retournerait pour rien au monde.

Et pas seulement pour se donner une excuse de continuer à zôner sur Internet, il faut que nous redonnions ce que nous avons reçu, sinon on court le risque de le repaumer. Ca ne plaisante pas de ce côté-là.

Du coup, la condescendance suintante qu’on éprouverait pour les p’tits nouveaux si on était chez les francs-maçons, par exemple, ne vient pas.
J’espère qu’il n’y a pas de francs-maçons parmi vous, et s’il y en a, qu’ils veuillent bien me pardonner cette pique qui ne leur est pas destinée. Les francs-maçons sont des connards auto-illuminés empétrés dans des rituels obsolètes comme tout le monde. C’est valable dans quasiment toutes les confréries humaines. Les Alcooliques Anonymes ont tout compris quand dans leur définition ils ont inscrit : AA ne s’oppose ni ne cautionne aucune cause, notre but primordial est de rester sobres et d’aider d’autres abstinents à parvenir à la sobriété.

Ce week-end je voulais aller voir Guéshé Guelek à Shenten, mais des circonstances extérieures (l’expression “indépendantes de ma volonté” est toujours pléonastique), inachèvement des travaux de la cuisine, appendicite récurrente mais toujours pas opérable du fils, fatigue terminale de ma compagne, m’incitent à penser que ma présence sera très appréciée ici et maintenant. Et puis je peux toujours continuer mes pratiques en dehors des heures de service.

Commentaires

  1. C kler, en rade le forum alors on fait koi ???
    On va pas s’en taper une quand même … lol
    Bon mieux vaut squatter le blog des autres et y déposer son trop plein ;-)

  2. Il est reviendu le forum ! :-)
    Essentiel de continuer à partager avec les frères qui souffrent encore (même si j’aiu l’impression d’en avoir choqué avec cette expression monastique). C’est bien tous ensemble qu’on s’en sort, et comme j’ai pas moyen d’assister à des réus en live (DASA n’existe pas par chez moi, là haut à Lille), je m’accroche à ce forum. Oui, tous ensemble, car tout seul, on est bien faible, vulnérable à tous les pièges. Ce midi, j’ai trainé dans un coin où je trainais du temps de ma pratique, avec des prostituées ; et l’interpellation d’une fille m’a encore mis mal. Heureusement que la nourriture saine accumulée est là pour ne pas replonger dans la boulime à fantasmes.

  3. Toi dont le blog est si sobre, choquer les gens avec le mot “fraternité” semble être ton cruel destin… ceux qui étaient hier encore monastiques ta mère, (voire ta soeur) sont bien sûr choqués de cette expression… du coup je suis allé voir sur le dictionnaire, la Fraternité est bien ce sentiment de solidarité et d’amitié a) [entre les membres d’une association, confrérie, nation, etc.] Fraternité raciale, tribale. La fraternité régnait entre nous, et les enfants couraient derrière le bataillon (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 160). b)Fraternité d’armes, Alliance, association d’armes de deux chevaliers qui s’étaient juré réciproquement d’être toujours unis, et de s’entr’aider envers et contre tous. “Du Guesclin et Clisson s’étaient juré fraternité d’armes, en touchant les saints Évangiles. ”
    ça, pour se toucher les saints Évangiles, faut r’connaitre c’qui est, on a été balèzes.
    il y viendra : si le mot lui répugne, le fait épatant est patent.
    Je me demande si tu ne devrais pas aller au devant d’une de ces prostituées qui te mettent toujours dans tous tes états. Pour lui dire quoi ? que te voilà sympathisant non pratiquant ? ça lui ferait une belle jambe, sans parler de l’autre. Que tu la plains de ne pouvoir exercer commerce moins vénal et difficultueux ? c’est son problème.
    Je ne sais pas. “Va dans les lieux qui t’effraient.” était un des conseils donnés à une yogini tibétaine par son maître.

    http://johnwarsen.blogspot.com/2008/08/le-bouddhisme-pour-les-nuls.html

    Certes, tu n’es pas une yogini tibétaine, et d’ailleurs si tu l’étais et qu’en plus tu étais noire avec de jolis seins et que tu aimes la science fiction, je pense que y’a longtemps que j’t'aurais demandé ton adresse en mp. Bref.
    Qu’est-ce que t’es allé traîner là-bas, d’abord ? c’était pour jouer avec le feu histoire de voir si ça brûle encore ?

  4. Eh mec, heureuse comme un porc épique, comme toutes les grandes cochonnes historiques, que tu sortes de ce mutriste pour nous varillonner tes pensées no roses, car la norosité excite mes neurones toujours joyeux et humides comme ce que tu sais. Je t’embrasse avec la langue de Déproges. Amour et paix!!! Marie Claire Pellas chaude comme un fils De Villiers

  5. Ah ça y est j’ai compris. En fait, ce blog ne va pas nous informer des progrès de ta pratique, mais des progrès de ton intention de pratiquer !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire