jeudi 21 juin 2012

Ma dépression racontée aux enfants (3)


A l'hopital des fous, rayon dépressifs, c'était pas très gai.
La plupart de mes voisins de galère étaient murés dans le silence et le mal-être, et je n'étais pas particulièrement ravi de me retrouver en psychiatrie légère, au pavillon des burn-out, avec un suivi quasiment inexistant : on voyait un interne en psychiatrie 10 minutes par jour, en entretien individuel, il nous racontait essentiellement des âneries peu revigorantes, et les journées passaient péniblement à traîner dans les couloirs de l'hosto, en fumant cigarette sur cigarette.
La journée d'hospitalisation est refacturée 700 € à la Sécu, j'ai trouvé ça un peu cher par rapport au service rendu.
Je me souviens avoir essayé de lire, d'écrire... rien, impossible de faire autre chose que souffrir et attendre que ça passe, en me demandant ce qui avait craqué.
Au bout d'une semaine, j'ai demandé à rentrer chez moi.
Ils sont malins, ils m'ont contraint de trouver un psychiatre pour un suivi hors les murs; dans les contacts qu'ils m'ont donné y'avait des hypnothérapeutes, des comportementalistes, mais aucun de ceux que j'ai contactés n'avait de place avant 3 mois.
Alors je me suis rabattu sur un mec qui annonçait "psychanalyse et médicaments", à qui j'avais presque raccroché au nez à l'énoncé de ce programme, et puis finalement on s'est bien entendus.
Surtout que le Seroplex® m'a aidé à me remettre debout quand j'étais par terre, vu que c'est de la sérotonine pure, mais que après, c'était difficile de rester calme, vu que la béquille se transforme assez vite en fusée dans le derrière.
Je me suis mis a faire "ach !" à tout bout de champ, à devenir hyper-speed...
Ca devrait s'appeler le Egoplex, ce truc-là, ça booste l'ego sans rime ni raison.
Au bout de 3 mois, j'ai obtenu d'arrêter le traitement.
Des fois, j'en reprendrais bien un petit, mais sachant qu'il m'en faudrait une caisse pour être reboosté, je me retiens.
Et comme ça fait trois mois que j'ai arrêté, et que ce soir c'est la fête de la musique, je me suis fendu d'une petite reprise d'un morceau de Jean Marron "Je Me Sens Bien" sur lequel j'ai répandu une fine couche de ces autoportraits vides de sens que j'ai shootés à l'époque avec mon téléphone portable.
Comme si je voulais me prouver que j'avais survécu.
Parce que mettre le mp3 en ligne, c'était plus compliqué qu'encoder une vidéo sur Vimeo.



ich fühl mich gut from john warsen on Vimeo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire