dimanche 1 janvier 2017

Esprit de Noël (3)

Ma sœur nous a rejoints depuis ses montagnes, avec mon beau-frère que j'aime bien, et que j'admire secrètement parce qu'il parvient à supporter ma sœur, et leurs enfants que j'aime moins, parce qu'ils sont élevés gâtés pourris comme des enfants-rois, comme nous l’avons été, et que ça ne peut que leur nuire quand ils se rendront compte que l'univers ne tourne pas qu’autour d’eux.
Elle détend un peu l'atmosphère parce qu'elle sait parler à papa comme si il avait 4 ans sans le mettre en colère plus qu'il ne l'est déjà. Elle ne se laisse jamais déstabiliser par ses remarques blessantes. Le 24, elle propose une sortie collective à l'aquarium de Montpellier. Papa refuse de nous accompagner, au prétexte que les poissons sont des cons, et que cette distraction n’est pour lui qu’une vaine perte de temps. Il propose néanmoins d’imprimer les billets réservés sur internet en prévision de l’affluence, mais il cultive une certaine frugalité informatique nonobstant ses 5000 € par mois de retraite, et il a beau être tout fier de son pc qui marche depuis 17 ans, au bout d’une heure et demie il n’a réussi à imprimer que 3 billets sur 8, et mon beau-frêre lâche l’affaire. On imprimera les billets dans une cyber-échoppe sur la route.

Nous marchons jusqu'à la place de la Comédie, puis montons dans un tramway qui roule à un train de sénateur en sinuant à travers tous ces nouveaux quartiers qui, de mon temps, n'étaient guère qu'une friche très faiblement urbanisée, un no man’s land informe menant vers la route de Lattes et de Pérols, parcours céleste effectué de nuit dans des 2 CV qui nous menaient en brinquebalant au bain de minuit entre Palavas et Carnon.
C'était le bon temps, nomdidj’ou.
L’aquarium est situé dans le quartier Odysséum, une énième zone commerciale sortie de terre du temps où l’empereur le maire mégalomane Georges Frêche voulait prolonger la ville jusqu'à la mer, distante de 30 km, j'ai vu les débuts de cela avec Antigone, imaginé par Ricardo Bofill, une sorte d'agora romaine postmoderne qui venait prolonger d’absurdité architecturale la pyramide de verre du Polygone, mais je n'ai pas assisté aux épisodes suivants de l’étalement urbain qui m’a rendu la ville méconnaissable.
Il me semble qu'elle a quadruplé de volume en s'étirant de tous les côtés possible, déformée au point d'en perdre son âme, ou alors c’est juste un symptôme de désorientation de la personne âgée cyber-dépendante.
La juxtaposition sans continuité de ces strates d'urbanisme hétérogènes confère au trajet une dimension onirique comme ces villes imaginaires que l'on parcourt pendant son sommeil et qui n'ont d'autre solution de continuité que celle que notre conscience de rêve leur confère.
Mare Nostrum, que l'on devine bâti à grands coups de subventions départementales, souffle le chaud et le froid. Il y a un mélange de pharaonisme architectural, et de pauvreté dans le nombre d'espèces et d'espaces proposé au public. Le parcours de visite est balisé de textes scientifiques niveau CE2, et la plupart des spécimens survivent dans des vivariums étriqués, hormis le grand aquarium central indo-pacifique. Le plus réussi, c’est le simulateur de pilotage de bateau dans la tempête, dans lequel nous passons un bon moment de rigolade, car en cette veille de fête l’aquarium est désert et on peut goûter les joies du naufrage pour nous tous seuls (nous les Warsens).

Comble de l’horreur, les manchots du Cap croupissent dans un espace clos qui n’évoque que de très loin leur habitat naturel, ils titubent dans leurs déjections, et de tragiques farceurs ont orné leur caverne d’obscénités anthropomorphes les représentant possédés de l’esprit de Noël tel qu’il est autorisé à se manifester dans une galerie commerciale.
Des manchots avec des cadeaux.
Putain, Blasphémator® est battu à plate couture.
Le déshonneur comme cerise sur le gâteau de l’indignité.

Je repense à Henri Michaux :
"Un bébé crocodile, au sortir de l'oeuf, mord.
Un bébé tigre, lui, assoiffé de lait, avide d'un corps chaud et ami, veut avant tout aimer, être aimé. Mamelles à têter, première innocence des mammifères.
Plus tard, reconversion brutale.
Maintenant, tout à la douceur.
Gare au tigrillon s'il sentait l'agneau.
Heureusement, il sent le tigre.
Avec confiance donc, il peut se frotter sous les pattes terribles, mordiller, déranger, tirailler.
Il ne risque rien.
Assez joué, tout de même.
Mère-tigre le repousse. Maintenant, elle va boire.
Rien qu'à la voir s'approcher de l'eau, on lui donne raison, en tout, et tort à la vache, à la biche, au daim, aux herbivores.
Solennellement, religieusement, prête à tout, elle s'approche du baquet.
Le feu de sa soif rend l'eau sacrée.
Une vache, même mourante de soif, ne peut prendre l'eau avec grandeur, avec considération.
Un certain registre lui a été refusé.
Elle n'ira jamais à l'eau que comme une vache.
La tigresse, elle, ce qu'elle fait, et quoi qu'elle fasse, est important.
Plus que Reine, Roi, un Roi qui a pris une affaire en main, un Roi qui serait en même temps un "dur".
Dans la cage, cependant, tout est dénuement, et l'eau dans le baquet vient d'un affreux robinet rouillé. Mais le tigre est au-dessus du manque.
Le manque, c'est pour toi, le manque et l'agressivité, ce piteux semblant d'audace."
Vu comment il se traine en claudiquant, le manchot n’est pas au-dessus du manque, et si j’ai vu des Américains s’efforçant de mettre en scène des requins « gentils » au SeaWorld de San Diego, on voit ici que dans la hiérarchie militaire des espèces, le manchot est et sera toujours otage.
Condamné à cette existence recluse de zoo par sa vulnérabilité à l’Homme.
On ressort de là un peu sonnés.


L'esprit de Noël par Mare Nostrum


L'esprit du 1er janvier par Xavier Gorce


dicté couché sur mon iPad pour cause de lombalgie aigüe - ouille !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire