vendredi 30 décembre 2016

Esprit de Noël (1)

J'ai voulu descendre à Montpellier pour fêter Noël en famille avec mon père que nous ne voyons plus beaucoup depuis quelques années. Ma femme n'était pas ravie à cette idée car mon père a un caractère de cochon. Il met beaucoup d'ardeur à nous éviter tout en prétendant que c'est nous qui refusons d'aller le voir. 
Nous on bosse toute l'année alors que lui est en retraite et encore très mobile, cherchez l'erreur. 
Je ne nie pas qu'il ait mauvais caractère, je ne nie pas son côté pervers pépère narcissique, mais quand même, c'est mon père, il ne lui reste sans doute pas beaucoup d'années à vivre, et si je ne vais pas vers lui tout illuminé de l'esprit de Noël, c'est pas lui qui va faire le premier pas. 
En plus je suis né un 25 décembre donc s'il y'a quelqu'un qui doit être investi de l'esprit de Noël c'est bien moi, même si le Christ est apparemment né en moins 7 avant lui-même comme je l'apprends dans le journal de ce matin, information mise sur le même plan que la spectaculaire disparition de la banquise Antarctique qui déjoue les prévisions les plus pessimistes du GIEC...
…je sais très bien pourquoi papa nous invite pas. C'est parce que nous savons d'où vient sa copine actuelle, qui le connaissait bien avant maman, morte il y a quelques années, et dont il nous a fait promettre de ne pas révéler l'origine à mon frère et à ma sœur. Nous sommes donc détenteurs d'un secret de famille, et à ce titre potentiellement dangereux. Bien sûr tout cela se joue dans son inconscient, il n'a aucune idée de cette stratégie d'évitement. 
Nous voilà donc partis pour quatre jours et demi vers Montpellier, avec des billets d'avion hors de prix, 1200 € à 4, mais quand on aime et qu’on veut faire le bien autour de soi, on ne compte pas. 
Même notre aîné que nous ne voyons plus beaucoup, a cru bon de se joindre à la fête. Pour célébrer ce foutu esprit de Noël sans doute, qui semble aussi crédible que la trêve en Syrie quand elle est suggérée par une résolution de l'ONU.. D'ailleurs alors que cette année tout le monde dans notre entourage familial prétendait fêter Noël chez eux et entre-soi, dès que j'ai émis le désir d'aller chez papa, mon frère puis ma sœur se sont exclamés « Wow trop génial nous aussi»
Mais le domicile familial qui nous a tous vu grandir ne peut accueillir l'ensemble de la fratrie comprenant les conjoints et les enfants. Surtout depuis que mon frère, qui n'était pas le perdreau de l'année, s’est marié l'année dernière avec une richissime héritière d'un empire de la maroquinerie de luxe bruxellois déjà munie d'un enfant, c'est donc lui que mon père va dissuader de faire le déplacement. Heureusement qu’il a de quoi se consoler sur place avec sa nouvelle famille et nous ne sommes pas trop inquiets sur son supposé désarroi de s'être fait rembarrer pour la première fois de sa vie à une fête familiale. 
Du temps de l’Empire Warsen nous n'étions pas une famille très fusionnelle mais c'est vrai que depuis la mort de maman les occasions de se réunir sont rares et on ne crache pas dessus, une fois l’an. 
De façon tout à fait spontanée ces échanges ont souvent lieu l’été à Perros-Guirec, où nous habitions avant d'aller à Montpellier en 1979, et où nous en profitons pour croiser la multitude de cousins qui apprécie tout autant que nous la côte de granit rose. Papa ne participe pas à ces grands déplacements saisonniers sous prétexte que Perros-Guirec il n'a rien à y foutre (il y a quand même passé les meilleures années de sa vie, c’est peut-être pour ça) d'autant plus qu'il est fâché avec la moitié de ses frères et considère leurs enfants (nos cousins) comme des imbéciles heureux. 
Bref. 
Nous quittons Nantes et son brouillard glacial pour nous retrouver par la grâce des transports aériens sous le soleil glacial de Montpellier une heure plus tard. Malheureusement, la compagnie aérienne a égaré nos bagages et c'est fâcheux puisque la grosse valise contient tous les cadeaux et la plupart de nos sous-vêtements. Je minimise l'incident, je m'en remets aux divinités du Low Cost pour récupérer nos affaires d'ici le lendemain. On va pas se laisser bousiller le moral par des petits problèmes d'intendance.
Malheureusement, dans l'immense et désormais un peu vide appartement paternel depuis que maman ne l’emplit plus de son constant babil, l'ambiance n'est pas non plus à la fête. Papa fait des maniaqueries et des raisonnements sans fin. Sur la bouilloire qu'il faut remplir avec la carafe qui enlève le calcaire de l'eau du robinet, et qu'il ne faut surtout pas laisser bouillir parce que ça gaspille de l'électricité alors que l'eau est chaude bien avant que la bouilloire s’arrête, sur le régime hypoglucidique qui me permettrait de perdre ces quelques kilos disgracieux, sur ceci est sur cela, et pas de Dali et pas de Gala. 
J'ai connu sa nouvelle compagne plus combative, moins soumise, j'ai bien peur qu'elle prenne le même chemin que maman et qu'elle le laisse dire par lassitude car il revient toujours à la charge et quand il interrompt son monologue au cours du repas pour vaquer à une tache domestique, quand il revient à table il reprend exactement là où il s'était arrêté, aussi précis qu'un magnétoscope mis en pause. 
Pendant son absence, j’ai d’ailleurs prédit le mot-clé à partir duquel il va reprendre, ce qu’il ne manque pas de faire, et qui déclenche le fou-rire de ma fille. 
C’est toujours ça de pris. 
À ce stade, la communication n'est qu'un leurre. Il est l'émetteur, nous sommes les récepteurs. 
Bon, nous savions ce que nous allions trouver, on va essayer de s'en accommoder. 


Nous faisons de grandes balades dans Montpellier, il y a encore quelques cadeaux à acheter, le centre-ville a été réhabilité et les ruelles resplendissent d'ocre médiéval ravivé. 
La ville s’est embellie et boboïsée depuis 30 ans que je n’y vis plus, et les façades de ses lourdes bâtisses occitanes ont toutes été briquées jusqu'au sang. Les voitures et les déjections canines ont été progressivement bannies du centre-ville historique, et c'est un bienfait pour les piétons. Mes frustrations et mes désarrois d'étudiant dépressif – je peux encore les géolocaliser de mémoire en parcourant les boyaux du centre historique – ont perdu le pouvoir de me nuire, ou alors le temps les a enduits d'une patine de miséricorde anti-inflammatoire, le long de ces ruelles aujourd'hui détartrées dans lesquelles on ne pouvait se promener sans tomber sur un marocain qui essayer de vous vendre une barrette de chiite merdique, et d'ailleurs c’est pour ça qu'on y allait. 

Rue Jules Latreilhe, où j’ai vécu les années les plus alcaloïdes de ma vie, la librairie de bandes dessinées d'occasion Moustache et Trottinette, somptueuse cave voûtée qui sentait le vieux papier et où l'on pouvait farfouiller des heures durant dans des caisses où s’était sédimenté tout ce qui s'est publié dans les années 70 ainsi que l'essentiel du polar et de la SF de l’époque a disparu, laissant la place à un graveur. Ce qui aurait jadis été ressenti comme une perte irréparable est aujourd'hui accepté sur l'air de « Toute chose doit partir un jour » (Wild Palms)






dicté couché sur mon iPad pour cause de lombalgie aigüe - ouille !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire