lundi 2 janvier 2012

Pire que demander de l'aide : en recevoir

(extrait de mail, 30 octobre 2011)
Je te remercie de ta proposition d'aide.
Je réfléchis à pourquoi j'ai d'épouvantables crises de stress, à focaliser sur mes carences plutôt qu'à me réjouir de ce qui fonctionne.
Enfin je dis "je réfléchis", mais c'est plutôt "je les regarde m'handicaper et je demande à Dieu de gérer" parce que c'est plutôt confusion et désarroi sur toutes les chaines quand le merdier se manifeste avec cette force.
J'ai une forme de narcissisme basée sur la souffrance et le manque (l'attachement aux formes passées) qui se traduit au niveau mental par la noirceur (ce qui n'est pas sans poser problème dans mes rapports avec les clients au sein de ma boite de prod, lol, bien que je sois en grande vigilance par rapport à ça) et depuis récemment par ces crises de panique physiologique, mais je crois que le nicopatch n'y est pas étranger. 
J'ai refumé 9 mois avant de considérer que c'était atroce et d'accepter la béquille du patch.
Ce matin, je faisais mon jogging et remontais une côte assez raide, j'ai entendu un cycliste arriver derrière moi, se mettre sur le côté et me dire "bravo, on dirait que vous n'avancez pas mais en fait vous allez super-vite" et je l'ai pris pour un messager cosmique. J'avais tant besoin d'entendre un truc comme ça.
C'est te dire à quel point mon besoin de reconnaissance est le caillou dans ma chaussure.
Je te salue.

Creuser son sillon, quand on est cyberculteur, c'est un vrai boulot.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire