mercredi 26 octobre 2005

un début : nouveau blog sur la dépendance sexuelle




Je vais essayer de pas trop me prendre la quiche ni perdre de temps sur ce nouveau blog qui autorise enfin les commentaires pour complaire à Flo, de façon à pouvoir créer des liens entre nous. Car l’homme vit de liens avec ses semblables; on a dit des liens, pas des câbles !
Coucou ! vous me reconnaissez ? hé oui, je suis un "ancien" du forum d’Orroz, consacré à la dépendance au sexe virtuel.

http://orroz.forumactif.com/index.forum

Celui qui est/va être/fut "gelé", selon le moment où vous découvrirez ce lien. J’avais un blog, qui me satisfaisait très bien, et qui répondait à mes "petits" besoins : prendre des repères au jour le jour sur mon addiction cyber-sexuelle. Et puis un jour il a fallu pousser les meubles : Orroz a plié les gaules, trop crevant d’entretenir le mur des lamentations/de la honte/de l’espoir et de la renaissance.
Alors nous, ses enfants perdus, on a essayé de faire ce qu’on pouvait pour accueillir les nouveaux arrivants, dépités de trouver la porte close au début de leur aventure qui n’est que la continuation de la notre. Ce n’est pas une course de vitesse ! Au contraire, l’endurance et la patience sont des facteurs-clés dans le rétablissement.
D’abord il faut que j’vous dise que j’ai perdu la liberté de surfer sur les sites de cul.
Ca c’est clair.
Me voilà sympathisant non pratiquant - pornographe abstinent, quoi ! putain je cherche une dénomination plus reluisante - bien que loin de moi l’idée de me faire reluire, Dieu me tripote ! et n’en trouve point pour l’instant…
C’est pas censé me rendre triste, mais ça ne fait que 5 semaines et demie que je m’y tiens, et mon équilibre est branlant :
"ça peut pas me tuer d’arrêter le porno, alors que si je continue, rien n’est moins sûr."

Bon. Il y a sans doute des gens à qui les "sites de charme" permettent de passer un bon moment
entre deux activités de leur journée bien remplie.
Ca les détend de se rincer l’oeil, et puis ils passent à autre chose.Il y aurait beaucoup à dire sur cet usage kleenex de la foire au corps, mais ce n’est pas mon propos : manifestement, je ne suis pas de ceux-là.
Le drame du tox de cul, c’est qu’il prend l’image pour la chose…
Par contre, j’ai gagné la liberté de ne pas perdre mes journées à fantasmer sur des corps virtuels,
à pleurer de ne pouvoir les atteindre, de ne pas subir ma colère et mon apitoiement subséquents à cette activité peu féconde, de ne pas avoir envie de mourir pour en finir et échapper à la souffrance et à la honte, de pouvoir me regarder dans la glace sans vomir ou faire la gueule,
de modifier mes comportements un jour à la fois….
Lorsque quelqu’un cède à une tentation c’est toujours le même mécanisme quel qu’il soit : la jouissance immédiate qui en est retirée est supérieur à tous les autres impératifs. C’est mécanique. Si les autres impératifs deviennent supérieurs, alors la complaisance cesse.
La question utile à me poser chaque jour, c’est donc “suis-je honnête dans ma démarche ?”
Quand je fais le constat que mon intellect m’arnaque, c’est pas en me foutant une baffe d’un bras vengeur que je vais y changer quelque chose.

Publié dans porno macht frei |


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire